Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 21:33

Publié le 22-10-2012 à 13h41 - Modifié à 09h03
Par 

 

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/665648-cinquante-nuances-de-grey-le-livre-a-eviter.html

 

Avec 150.000 exemplaires vendus en deux jours, et quelques 40 millions à travers le monde, le premier volet de la trilogie "Cinquante nuances de Grey" a brillamment débarqué en France. Moi qui croyais qu’on en avait enfin fini avec "Twilight", voilà qu’une fan quasi cinquantenaire s’est lancée dans une suite prétendument érotique de la saga. On lui accordera que les rapports entre Bella et Eward dans la série vampiresque n'ont jamais été très folichons.

 

Après lecture, une seule question : mais pourquoi nous infliger cela? Et n'allez pas me dire que si 40 millions de lecteurs ont acheté ce livre, cela lui confère un gage de qualité. Ce n'est pas parce que 6 millions de spectateurs regardent le film du dimanche soir sur  TF1 que cela en fait un bon film. Les chiffres sont impressionnants, mais ce ne sont que des chiffres. 

 

Or ce livre est un ramassis de clichés sur la sexualité féminine, les rapports sado-maso et dominants/dominés et le paradigme de la princesse et du Prince Charmant.  Pour couronner le tout, les personnages sont sans surprise. 

 

Le faux manuel d’éducation sexuelle 

 

D’abord catalogué comme porno pour maman, ce bouquin a quelque chose d’inquiétant s’il a réellement pour but d’éduquer les femmes – jeunes et moins jeunes – au plaisir sexuel. C’est bien simple, à l’âge de 21 ans, Anastasia est une jeune femme vierge et innocente, qui ne s’est jamais touchée.

 

De cette rencontre avec Christian Grey, un millionnaire séduisant à l’appétit sexuel insatiable et particulier, Anastasia va découvrir l’orgasme. Chose plus surprenante, celui-ci découle de son tout premier rapport sexuel.

 

Alors que certains journalistes parlent de manuel moderne d’éducation sexuelle, il est inquiétant que de jeunes filles inexpérimentées prennent ce livre pour argent comptant. Excusez-nous chers messieurs, mais l’orgasme féminin est un Graal difficile à atteindre.

 

Encore plus quand la jeune femme n’a pas eu la curiosité d’explorer son corps afin de mieux se connaître. Alors faire croire qu’une femme découvre l’orgasme après son tout premier rapport, à l’âge de 21 ans, et qu’à chaque nouvelle fessée, Anastasia réitère l’exploit, c’est dangereux. Enfin, sauf si ces chers messieurs ne s’attendent qu’à se retrouver entre les bras de femmes qui simulent. À vous de voir…

 

Un livre mal écrit

 

Evidemment, pour vous rendre compte que c’est mal écrit, il faudrait le lire. Le livre est rempli de répétitions et de formules grotesques. Dur de croire que certaines lectrices s’en retrouvent émoustiller… À croire que, pour coller à l’ère du "light", entre soda light et yaourt 0%, les femmes d’aujourd’hui ont perdu leur goût et consomment avec une étrange délectation un produit allégé, aussi bien sur le fond que sur la forme.

 

Bon évidemment, si c’est pour être lu dans le métro (et il n’y a rien de mal à cela, qu’on soit bien d’accord), en fermant les yeux, comme on lit le supplément sexo des magazines féminin l’été dans le TGV, alors oui, ça se lit. Mais qu’on n’aille pas dire que les millions de bouquins vendus sont le résultat d’un style littéraire à tomber à la renverse !

 

Une hypermédiatisation étouffante

 

C’est probablement la raison pour laquelle sa marche si bien ! Car du côté de l’histoire, rien de très nouveau, entre fessées et sentiments. Mais comment voulez-vous résister quand partout on peut lire et entendre que c’est l’arrivée du premier roman érotique en France ?

 

Du Marquis de Sade à Macha Méril, en passant par Catherine Millet, ce n’est pas comme si le thème n’avait jamais été abordé. Il faut dire qu’un tel déchaînement médiatique ne s’était plus vu depuis…"Twilight" 

 

Ça tombe bien (ou mal), car la saga est à l’origine de cette trilogie. En effet, pourquoi ne faire qu’un bouquin quand on sait qu’on peut vendre la même soupe chaque année ?

 

Outre-Atlantique, la sauce prend tellement qu’Angelina Jolie veut déjà adapter ce livre sur grand écran et jouer dedans (n'est-elle pas un peu vieille pour jouer le rôle de la jeune étudiante de 21 ans ?). Pareil pour Bret Easton Ellis qui – sur Twittter – déclare vouloir écrire le scénario du film. Autant partir de zéro ! Mais ça ne touche pas que les people… Lors de la campagne présidentielle, un journaliste a eu la bonne idée de demander à Obama quel était le livre que l’on pouvait trouver sur la table de chevet de toutes les femmes américaines.

 

Un livre porno clinique et véhiculant des clichés

 

Le livre a fait sa pub sur le dos de l’érotisme. Pourtant, on en est loin. C’est du porno. Pas chic pour un sou, c’est cru et clinique. À se demander ce qui peut en exciter certaines… Nous sommes loin, très loin, du récit "osé" qu’on nous a vendu.

 

Nous voilà revenus à l’époque de la jeune et frêle princesse qui cherche son prince charmant. Anastasia est une jeune étudiante timide qui va rencontrer Chrisitan Grey, un homme riche (ça semble très important puisque répété tout au long du bouquin), grand, beau et intelligent. Comme tout Prince Charmant, il va sauver la princesse de son quotidien en la délivrant de son donjon (ici, sa virginité).

 

Je vous l’accorde, chez Disney, la princesse pixelisée ne demande pas la fessée à tout va. Mais à part ce détail faussement sado-maso, il s’agit bien du modèle Princesse/Prince Charmant vendu à toutes les petites filles. Pour s’accomplir dans la vie, une jeune fille doit trouver son mentor, son maître, son guide. De préférence, fortuné. Une femme n’est femme que si elle est à ses cotés. Foutaises. Vous l’aurez compris, la jeune Anastasia est totalement admirative face à son bel étalon et lui obéit au doigt et au pénis.

 

Le rapport dominant / dominé

 

Ce livre est basé sur un rapport humain très obsolète, celui du dominant/dominé. Si je dis "obsolète", ce n’est pas parce qu’il n’a plus lieu d’être aujourd’hui. Bien sur que tous nos rapports humains répondent au schéma dominant/dominé ou bien fort/faible, que cela soit en amour, en amitié, en famille ou au travail. Mais là où je pense que ce livre est daté, c’est que cette relation n’évolue pas, le dominant est éternellement dominant. Le dominé ne peut devenir dominant. Et devinez qui est à la place du dominé ? La femme pardi !

 

Malheureusement pour moi, ce livre est le premier bien épais d'une trilogie... Espérons que ce qui surferont sur ce phénomène auront un peu plus de talent.

Repost 0
Published by Arlequin - dans Société
commenter cet article
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 21:09

1/ La couverture

 

Digne d'un livre médiéval fantastique ou d'un Harry Potter version collector

On peut donc observer dès le début une approche marketing du livre dès sa mise en page, pour renforcer le côté magique, ésotérique du livre.

 

2/ Les auteurs

 

Alors que le livre, contrairement a beaucoup d'autres du même registre, s'appuie sur des éléments scientifiques et des références à des grands scientifiques : Platon- Galilée- Albert Einstein- Beethoven- Thomas Edison, on pourrait s'attendre à trouver de vrais scientifiques diplômés parmi les auteurs, ce qui n'est pas le cas.

Les rares docteurs de ce livre, ne le sont pas. A titre d'exemple, un des soit disant physicien du livre qui cautionne la Loi de l'Attraction, est juste titulaire d'un bac en génie physique. Il n'y a donc aucune caution scientifique parmi les auteurs et intervenants du livre.

Pour plus de précisions: cf Enquête sur le Secret de Natacha Condo-Dinucci

 

3/ le secret: la loi de l'attraction

 

Le secret, c’est la loi de l’attraction. C’est vous qui attirez tout ce qui arrive dans votre vie. Cette loi surpuissante agis par le biais de vos pensées. Vos pensées deviennent réelles. Vos pensées attirent vers vous leur équivalence (jumelle) par "magnétisme" (qui se ressemble, s’assemble).Les pensées sont magnétiques et les pensées ont une fréquence. Lorsque vous pensez, vous envoyez un signal dans l’Univers et ce signal attire comme un aimant des pensées jumelles qui ont la même fréquence. Tout ce qui est envoyé revient à la source, et cette source, c’est vous.Vous êtes le maître de vos pensées. Décidez de ce que vous voulez être, faire et avoir, imprégnez votre esprit de ces pensées, émettez la fréquence y correspondant et cette projection deviendra votre vie.

 

4/ La critique

 

"ce livre veut faire croire aux gens que les miracles peuvent arriver si on les souhaite très fort. Mais la réalité est que les choses n’arrivent pas en ne faisant rien, nous provoquons les évènements et ce qui nous arrive par l’action individuelle, mais aussi par l’entraide, la coopération, l’échange et la solidarité avec les personnes qui nous entourent. Accepter que nous sommes interdépendants et que nous réaliserons les objectifs que l’on s’est fixé en allant vers l’autre voilà un raisonnement à l’opposé du raisonnement égoïste et consumériste porté par le livre Le Secret, qui voudrait faire de l’être humain un Dieu qui n’a qu’à penser pour avoir, à qu’il ne suffit que de demander pour recevoir." Pascal DAVID

 

"Des exceptions ne font pas une règle. Bien entendu que certaines personnes optimistes et positives ont dans leur vie atteint des objectifs qu’ils s’étaient fixés très tôt et auxquels ils ont pensés chaque jour, afin de les garder motivés vers un cap. Mais définir aujourd’hui leur succès par la loi de l’attraction c’est faire abstraction du travail, de la sueur, des joies et des peines mais aussi des collaborations et des aides reçues lors du parcours de ces mêmes personnes. Mais le livre Le Secret préfère nous parler de sa loi de l’attraction, oublier le reste et faire tomber un grand nombre de personnes dans la culpabilité. Oui dans la culpabilité. Car ceux qui seraient tentés par la transmission de cette loi comme une certitude ayez bien conscience qu’une personne fragile psychologiquement, à qui nous allons tenter d’imposer cette loi risque de se culpabiliser car selon Le Secret, si cette personne ne va pas bien dans sa vie c’est à cause d’elle-même et de ses pensées négatives. Cette culpabilité risque de la faire souffrir et de l’enfermer. Et voilà comment on nuit à autrui en pensant aider. De nombreux coach ou psychothérapeutes peuvent en témoigner et certains l’ont même fait sur Mesacosan, je vous invite à lire les commentaires de l’interview de l’éditeur Francophone du livre le secret pour vous en persuader. Encore plus concrètement différentes études menées (et détaillées dans le livre L’enquête sur Le Secret) montrent que les personnes à tendances dépressives subissent au contact de l’idée de la loi de l’attraction une aggravation de leur état provoqué par ce mécanisme de culpabilisation que je viens de détailler." Pascal DAVID

 

"Le Secret en est un parfait exemple avec un livre construit sur des mensonges. Natacha Condo-Dinucci qui s’est intéressée de près à chacune des références de ce livre (et dont les travaux sont regroupés dans le livre Enquête sur Le Secret) l’affirme, « Il y a des énormités dans ce livre, de fausses citations, des noms de personnalités historiques qui sont faussement utilisés et des détournements de mentions scientifiques. La science est prise en otage dans ce livre"

 

Ce livre qui s'appuie sur des vérités scientifiques affirme sans cesse, sans jamais rien démontrer, la page 24 du livre est édifiante: " les plus grands professeurs de tous les temps nous ont dit que la loi de l'attraction est la loi la plus puissante de l'Univers", et bien non, navré, aucun des grands noms cités ne parle de la loi de l'attraction , hormis Newton , mais encore une fois, les auteurs détournent complètement les propos de ce génie des sciences.

Newton parle de la loi de gravitation, ou loi des attractions universelles, qui n'a absolument rien à voir avec les théories fumeuses du Secret.

 

Ensuite, la théorie qui consiste à dire et je cite le pseudo Dr Vitale: "les pensées sont magnétiques, et les pensées ont une fréquence. Lorsque vous pensez, vous envoyez un signal dans l'Univers et ce signale attire comme un aimant des pensées jumelles, qui ont la même fréquence." et il ajoute que cette fréquence est "quantifiable et mesurable". Encore une escroquerie notable: aucune théorie scientifique affirme que la pensée est une fréquence et encore moins qu'elle est mesurable. Encore une fois, les auteurs assènent des idées farfelues comme des vérités scientifiques.

 

Enfin, toutes les bases de ce livre repose sur des techniques de manipulation sectaires: on rabâche la même idée sur 220 pages, on se donne une caution scientifique qui n'existe pas, suppression de l'esprit critique, qui ne repose que sur des croyances.

 

 

5/ Conclusion

 

Le Secret, n'est pas une révélation, il s'agit d'un mélange absolument grotesque et honteux de la méthode Coué, de la psychologie positive ( qui n'a rien à voir avec la pensée positive), de manipulation sectarisme et de détournement scientifique.

Je vais conclure par une citation de John Bastardi Daumont*: " Pour comprendre la manipulation mentale et l'expliquer, il faut rentrer également dans la tête de ceux qui en sont les artistes. [...]Le Secret de Rhonda Byrne connait un joli succès aux USA. Après étude, je considère qu'il faut aller plus loin, que c'est beaucoup trop simpliste."

La Messe est dite ...

 

* John Bastardi Daumont est avocat pénaliste au barreau de Nice et plaide dans la France entière, principalement à Paris. Il a remporté l’ ensemble des concours d’éloquence de son barreau, dont celui de la Conférence du Stage des avocats du Barreau de Nice. Il a suivi des enseignements de renseignement et d’espionnage au sein du seul master français développant cette formation : le Master Sécurité Intérieure et est également diplômé en Sciences Criminelles (profilage, criminologie, droit pénal.) Ancien prestidigitateur formé par Jean Pierre Vallarino -premier français à remporter un prix mondial de close up (magie rapprochée) - il a collaboré pendant des années à la revue Exortisma, publication à destination exclusive des mentalistes professionnels. Auteur de deux ouvrages sur la manipulation psychologique

Repost 0
Published by Arlequin - dans Psycho
commenter cet article
20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 22:17

Article · · dans Enquête.

http://ipressdestress.com/2013/01/21/jai-teste-pour-vous-adopte-un-mec/

 

L'avènement de l'homme-objet

Longtemps, j’ai pesté contre les sites de rencontre. En bon réactionnaire que je suis, j’ai toujours pensé que les plus belles occasions de rencontrer sa moitié se trouvaient au détour d’une soirée arrosée, en villégiature sur les quais de Seine ou au cours de Salsa du Club Med Gym. Partout en somme si ce n’est derrière son écran. Vous pensez comme moi? Eh bien, mes pauvres amis, vous avez totalement raté le tournant de l’amour 2.0; ne vous étonnez plus d’être seuls et cramoisis, vous n’avez pas la bonne méthode. Heureusement, j’ai percé pour vous les mystères de la séduction à l’aune du troisième millénaire. Suivez le guide.

Un pauvre homme, au demeurant très sympathique, est trimbalé dans un caddie, visiblement contre son gré. Personne pourtant n’a l’air de s’en inquiéter; bienvenue en 2013, époque de la femme carnassière et de l’homme objet. En quelques clics, me voilà inscrit sur adopte un mec, un site dont le logo n’a rien pour me rassurer. Très vite, j’ai l’indicible pressentiment que cela va mal se passer. Estomac noué et mâchoire serrée, me voilà pourtant en piste. Quand il faut y aller, il faut y aller.

Comme au supermarché

De tous les magnifiques spécimens qu’I-PreSs compte à disposition, il a fallu que ce soit moi qui m’y colle, afin de percer pour vous -et à la hauteur de mes modestes moyens- les mystères de la séduction moderne. Les premières minutes sur le site me transportent dans un univers carré et coloré; plongée dans une atmosphère légère mais robotisée, où se succèdent, comme au supermarché, les visages étonnamment avenants de mes futures tortionnaires, de jolies demoiselles aux photos alléchantes et aux pseudonymes bien léchés. «Bella», «Smile» et «Lili K», autant de noms synonymes d’horizons aussi mystérieux qu’attrayants. Très vite, je me sens l’âme d’un conquérant; Je sens poindre l’envie profonde d’en découdre; de montrer à ces dames qu’elles ne trouveront pas en moi le produit surgelé qui les fait tant fantasmer. (Lire les inserts de bas en haut sous peine de ne rien comprendre)

A lire de bas en haut, bande de moules

J'ai été remis en rayon

J’ai été remis en rayon

Avant toute chose, il faut commencer par se présenter. Peu inspiré, je décide d’aller épier la concurrence, aussi étrange que diversifiée. Celle-ci est féroce; mes pauvres compagnons ont visiblement mis leur virilité au placard, chacun rivalise de niaiseries ou d’inepties pour se faire bien voir. Pas si facile de se faire une place parmi tous ces regards vitreux, ces abdos huilés et ces cols en V. Effrayé, je me pose tout un tas de questions. Que puis-je bien dire d’intéressant dans ma description? Dois-je mettre une photo de moi à poil pour attirer le chaland? Après moult atermoiements, j’ai opté pour un profil assez simple, qui me semblait correspondre à la réalité et à mon état d’esprit du moment: «Jeune homme écervelé prêt à vous divertir et vous séduire à moindre frais». Enfin, simple est un bien grand mot. Il y a quand même beaucoup à renseigner: films ou livres préférés, taille de la literie, équipement audiovisuel, pilosité ou encore degré d’addiction au tabac. Les plus motivés écrivent des pages de description et n’hésitent pas à étayer leur «shopping-list», afin de préciser ce qu’ils attendent de leur future moitié. Celle-ci veut «un beau brun de type méditerranéen», celle-là «un musicien pour lui chanter des chansons», l’autre «un homme simple et sans prétentions».

Un profil qui envoie du pâté

Un profil qui envoie du pâté

Autant l’avouer, le succès n’a pas été au rendez-vous tout de suite. Trois jours, c’est le temps qu’il m’a fallu pour cerner le microcosme dans lequel j’avais si lamentablement échoué. Sans talent particulier, il faut un certain temps pour prendre le site en main et mettre au point une tactique qui fonctionne. En effet, ici, pas le droit à l’erreur; les femmes ont tous les pouvoirs et n’hésiteront pas à vous abandonner au premier bide venu, d’autant plus que deux cents péquenots -prêts à toutes les bassesses- leur tournent déjà autour en leur faisant miroiter dons en cuisine ou capacité à faire des massages. Personne n’est irremplaçable, il faut donc frapper fort et bien, en somme, laisser très peu de place à la chance et au hasard.

Contacter votre chère et tendre

Facteur important, ici, tout se joue sur la première phrase, communément appelée l’accroche. Avant cela, il faut d’abord charmer madame, comprenez lui signifier vôtre intérêt. Impossible de la contacter directement, c’est ce qui fait l’originalité du site, il faut attendre sa permission. Pour ce faire, on appuie sur un bouton, qui, à chaque pression, laisse échapper un petit son angélique. Selon la notoriété de l’heureuse élue, la réponse peut se faire attendre longtemps, pour le plus souvent ne jamais venir. Soudain, alors que l’on ne l’attendait plus, le miracle se produit: «Tiphaine vous donne la possibilité de la contacter».

Reconnaissant du privilège et de l’honneur qui vous est fait, il s’agit donc de ne pas cafouiller. Les femmes de qualité ne répondent jamais à un quelconque «coucou, ça va?» (et ses variantes, «tu veux voir ma bite?») et il faut se creuser la tête pour trouver la phrase qui saura l’émoustiller, ou du moins attirer son intérêt. Rien de bien difficile pour ceux qui sont inventifs, une petite allusion rigolote ou délicate fait généralement l’affaire, même si tout dépend de l’ampleur des données qu’a bien voulu partager l’objet de vos pensées.

Quel vil flatteur

Quel vil flatteur

Ma plus belle réussite

Ma plus belle réussite

Une entame ratée

Une entame ratée

Feeling good

En cas de succès, tout se passe ensuite au «feeling», un étrange sentiment largement répandu sur la toile, que tous recherchent comme la panacée. Le plus souvent, les conversations sont rapidement tuées dans l’œuf, ou vivotent avant de lentement se refermer. Parfois, cependant, il arrive d’être agréablement surpris de l’effet de vos blagues pipées, et des réactions positives qu’elles entraînent. S’enchaînent alors des heures de chats, au rythme suranné des «Elsa vous a envoyé un mot doux», sortes de billets galants, qui vous permettront de faire votre propre remake des Liaisons dangereuses. Pour ceux qui sont dépourvus d’humour ou d’esprit, il est aussi possible d’être plus direct et de proposer galamment un «plan cul», la finalité restant la même.

On ne peut pas gagner à tous les coups

On ne peut pas gagner à tous les coups

Lisa n'en peut plus et médite sur la stupidité humaine

Lisa n’en peut plus et médite sur la stupidité humaine

De manière générale, on dispose de plusieurs minutes pour répondre à l’objet de ses pensées; roublardise, inventivité et créativité sont donc de rigueur. Entre deux missives envoyées, on se surprend dans certains cas à attendre la réponse avec impatience, les meilleures discussions étant de loin celles qui vous donnent du fil à retordre et vous invitent à réfléchir. La séduction 2.0 atteint alors son apogée; le manque de spontanéité et d’oralité des échanges est compensé par la complexité et la richesse de l’écrit, quand, bien sûr, votre partenaire maîtrise autre chose que le langage SMS. Fait notable, les plus timides ou les moins éloquents peuvent aussi y trouver le moyen de s’exprimer, et de révéler sans stress ce qui fait toute leur richesse et leur originalité.

Une femme qui a du répondant

Une femme qui a du répondant

Et une jeune femme qui en est dépourvue

Et une jeune femme qui en est dépourvue

 Du rêve à la réalité

Quand enfin vous avez fait vos preuves, et que cette fameuse «magie du feeling» opère bel et bien, arrive l’heure du rendez-vous. Après l’écrit, c’est l’oral; une étape plus stressante qu’on ne veut bien l’admettre. Vous voici en effet nez à nez avec une charmante demoiselle que vous pensiez connaître et que pourtant vous n’avez jamais vu. Les premières minutes sont généralement inconfortables. Après quelques rires gênés de circonstances, vous remarquez alors l’écart béant de ses dents de devant, la douce bêtise qui brille dans ses yeux de jade, ou encore son haleine de cheval que les photos, souvent trompeuses, avaient si bien su dissimuler à votre œil inquisiteur. Avec d’autres, au contraire, on se surprend à loucher sur le magnifique décolleté qui s’est si délicatement posé en face de soi, et dont le charme a survécu au passage du virtuel à la réalité. De manière générale, l’issue des rencarts est heureuse, étant donné que vous partez avec la certitude qu’a priori vous plaisez, aussi bien physiquement que mentalement. Sauf faux pas, il ne reste alors qu’à se pencher pour embrasser les ravissantes lèvres, qui, sans raison aucune, ont un faible déclaré pour votre humour flingué et votre regard de séducteur du dimanche. Fini l’homme-objet, c’est vous le patron maintenant, votre revanche est éclatante et méritée.

Après deux mois passés à errer le vague à l’âme sur le site, force est de constater que je ressors moins réactionnaire que je ne suis arrivé. Le bilan, en soi, est positif, avec de belles heures de rigolade seul ou avec quelques complices, et parfois même de belles rencontres. J’ai pris un certain plaisir à vouvoyer toutes les femmes qui passaient, à leur faire découvrir par petites touches les méandres de mon cerveau torturé, et la drague en ligne s’est finalement révélée un passe-temps comme un autre.

Un compliment qui vient du coeur

Un compliment qui vient du coeur

Craquage total tout en lucidité

Craquage total

 Pizza surgelée

C’est en revanche avec un certain soulagement que je me me suis désinscrit dans la foulée. Ce n’est pas tant que je sois heureux de ne plus payer trente euros par mois pour quelques flirts bon marché, c’est seulement que la réalité m’a beaucoup manqué. En dépit de ce que les annonceurs vous promettent, l’amour véritable ne vous attend pas ici. Le site finira bien par trouver quelqu’un qui vous correspond sur les quatre millions d’inscrits, les choix et les possibilités de la drague en ligne sont infinies; il y en a réellement pour tous les goûts. Mais, romantiques, vous qui pensez que le charme de la rencontre amoureuse réside aussi dans sa faible probabilité, passez votre chemin sans regret. Vous ne trouverez en effet ici qu’un amour guidé par une grande rationalité, comme on compare les prix en temps de crise au supermarché. Tout ici est mécanique, avec un arbitrage constant puisqu’on est classé en terme de popularité, jugés le plus souvent au physique sur des photos arrangées. En résulte une grande efficacité et un singulier manque de saveur.

Miam

Miam

 En somme, la drague sur internet, c’est comme une pizza surgelée. Ce n’est ni très bon ni particulièrement mauvais; cela se consomme sans grande difficulté, parfois même avec gourmandise, surtout si cela fait longtemps que vous ne vous êtes pas sustenté. Beaucoup y trouve ainsi le moyen d’égayer certaines soirées solitaires. Les inconditionnels, amoureux et autres passionnés de la pizza de qualité resteront sur leur faim. Pour le reste, amateurs de prêt à consommer ou pauvres mâles désespérés, jetez-vous dedans avec félicité, vous allez vous régaler.


Christophe Gleizes

 

 

Article · · dans Enquête.

http://ipressdestress.com/2013/01/21/jai-teste-pour-vous-adopte-un-mec/

 

 

 

Repost 0
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 22:32

ARTICLE de: http://odieuxconnard.wordpress.com/2013/04/25/ce-que-veulent-les-zoms/

 

La parité, c’est important.

Non, c’est vrai : ici, il y a peu, nous distribuions de bons conseils grâce au désormais célèbre site "Art de Séduire" afin d’aider les lecteurs malheureux à trouver l’âme sœur à l’aide d’accroches aussi élégantes que "Combien coûte ton cul ?". Si personne n’aura ici le moindre doute quant à la surpuissante efficacité de cette technique (je salue ici tous ceux qui ont gagné +6 en charisme grâce à l’audacieuse stratégie), j’imagine bien que mon lectorat féminin a pu en prendre ombrage.

Par jalousie je suppose, quoi d’autre ?

Aussi, lectrices, il ne saurait être question de ne pas vous faire profiter à votre tour de fameux conseils afin de mieux comprendre l’homme, cette créature à la fois mystérieuse, fascinante et plutôt velue (hors boys band). C’est pourquoi nous traiterons aujourd’hui d’un ouvrage trop méconnu et vous étant destiné, Mesdemoiselles (Mesdemoiselles hétérosexuelles, je précise : les autres, à l’heure qu’il est, vous devez cuver votre champagne pour célébrer votre nouveau droit de faire tourner les serviettes avec votre dulcinée) :

Ce que veulent les hommes

On aurait pu s’en arrêter à la couverture, en fait

Ce fantastique ouvrage écrit par "trois célibataires" (ne vous demandez pas pourquoi) explique sans rire dès sa couverture vouloir "briser l’omerta pour nous révéler ce que les hommes ont dans la tête et dans le cœur". Une omerta, donc, qui après s’être faite tataner la margoulette par cet ouvrage du courage, révélera tous les secrets pour que vous, viles femmes, n’ayez plus à relire 5 fois le SMS que vous venez de recevoir pour savoir si ":)" cache en fait une discrète révélation sentimentale.

C’est ça. Faites semblant que c’est pas vous.

Mais plutôt que d’étudier tout le livre, allons donc en voir la synthèse sur le fameux site "Heureuse en amour" (si, si) où une rédactrice a pris grand soin d’en tirer la substantifique moelle avant de conclure :

Une chose est sûre, ce livre a un peu changé ma vision des hommes mais également celle du couple. La vérité n’est pas toujours facile à entendre, mais elle est nécessaire pour nous permettre d’aborder les relations entre hommes et femmes avec plus de réalisme et de sérénité. Je me servirai très certainement de tout ce que j’ai appris pour réajuster certaines attitudes face aux hommes et ainsi améliorer nos rapports communs.

C’est vous dire si la qualité est au rendez-vous, puisque notre experte a été toute chamboulée de ces révélations et va donc désormais suivre les bons conseils de l’ouvrage. En attendant, enfilez votre scaphandre à médiocrité,  il est temps de plonger dans l’abysse.

A quoi pense un homme?Quand un homme rencontre une femme qui lui plait, il la place tout de suite dans une de ces catégories:
-femme avec qui il pourrait avoir une relation sérieuse.
-femme avec laquelle il n’aura qu’une passade.
0

En effet : le mâle n’a pas d’amies, de relation de boulot voire de connaissances. Lorsqu’il rencontre une femme qui lui plait, la première chose qu’il se dit c’est "Palsembleu, comment diable vais-je culbuter la gourgandine ?" suivi de "Et où vais-je l’enterrer après coup ?".

Si la réponse à la première question est souvent floue, celle à la seconde est généralement "Dans la forêt de Rambouillet". Bien qu’il soit aussi tout à fait possible de répondre cela aux deux questions, mais nous entrons alors dans un domaine qui ne sera pas du goût de tous les promeneurs.

Bref. Et puisque ce chapitre s’intitule "à quoi pense un homme", sinon ?

Ah bah rien. Soit.

Faisons fi de cet oubli et passons donc à la suite : "Dix principes à retenir sur un homme", et prenons-en quelques-uns au hasard.

Principe n°4: Les hommes ont tendance à profiter des femmes qui les laissent faire. Un homme profitera d’une femme qui dit oui à tout mais il ne restera pas avec elle.

 Ou alors, c’est simplement que quand les gens ont la personnalité d’une endive, 99% de la population reste rarement avec, le dernier 1% étant principalement composé de descendants de Léguman. Surtout quand les gens disent vraiment oui à tout en fait.

"On se fait un ciné ce soir ?
- Ouiiiiii ! Hihihi !
- Okay, on se fait un petit film d’action alors ?
- Ho ouiiii, hihihi !"-
Tu veux aller voir quoi ?
- Ouiiiiii ! 
- Hein ?
- Ouiiiii !"
0

Ce type de conversation s’achève généralement avec la question "Veux-tu un parpaing dans la gueule ?" mais là n’est pas le sujet.

Principe n°5: En matière de sexe, les hommes croient à la règle du deux poids, deux mesures.Un homme n’envisage pas une relation sérieuse avec une femme qui couche avec lui trop vite. Il n’aura plus envie de la connaître si elle se donne facilement à lui.

Lectrice, toi qui a un jour eu une relation sérieuse avec un homme avec qui tu avais osé folâtrer le premier soir, sache que ton concubin était en fait un espion alien ou quelque chose du genre (les tentacules auraient dû te mettre sur la voie). Car c’est connu, pour une relation sérieuse, Mesdemoiselles, vous n’avez rien d’autre à proposer que votre cucu (je rappelle que ces conseils sont certifiés conformes par le site "Heureuse en amour" et sa rédactrice convaincue dixit elle-même). Sitôt que vous l’avez partagé avec un mâle, celui-ci se dresse fièrement sur le lit, éclate d’un rire diabolique puis hurle vers les cieux, le torse gonflé par la fierté "Je l’ai euuuu !" ; l’homme bondit alors vers la fenêtre la plus proche tel un predator ayant un nouveau crâne à la ceinture et disparaît dans la nuit.

Ou se vautre puisque vous habitiez au 5e, et la police se demandera des jours durant pourquoi le mort avait ce sourire béat, bien qu’un rapprochement avec son absence de slip puisse être faite par les enquêteurs les plus hardis.

Bref, les filles, n’oubliez pas : il n’y a qu’une chose à connaître chez vous, et ce n’est pas vraiment votre personnalité. Et Heureuse en amour approuve ce message, c’est pas beau ça ?

Homme en vue subjective

Principe n°7:Les hommes sont naturellement enclins à coucher avec de nombreuses femmes. Ce n’est pas dans la nature de l’homme d’être fidèle. Quand il aime une femme il doit s’efforcer de refréner ses pulsions pour ne pas la perdre.

Le mot "naturellement" est lâché : "C’est pas ma faute, c’est la nature qui l’a voulu". Messieurs, retenez bien cette phrase : avec elle, vous pourrez tromper quantité d’écologistes et d’amoureuses de la culture bio en toute impunité. Et si vous êtes vraiment joueur, vous pourrez même faire passer votre soumission à Dame Nature comme un acte militant. Quand bien même Dame Nature s’appellait Cynthia, avait 18 ans aux dernières nouvelles, et vous soumet drôlement moins depuis qu’elle sert d’engrais à un joli bosquet. Encore un geste écolo : vous êtes forts alors.

Principe n°8:Les hommes ont du mal à interpréter le discours des femmes. Si une femme veux discuter avec un homme, elle doit aller à l’essentiel pour lui faire saisir le message.

En effet : l’homme est un peu con. Ou alors, c’est juste qu’il regarde vos seins pendant que vous parlez, et puis le match va commencer. Rappelez-moi qui a écrit ce livre ? Ah, oui : trois célibataires. Je me demande bien pourquoi.

Du coup, il est temps, je crois, de passer à la suite : La première rencontre. Non parce que ça se travaille : comment faire bonne impression ? Comment rayonner au coeur de la soirée alors que ses yeux se perdront dans les vôtres ? Mais si, c’était vos yeux. Rhoo, allez quoi. Bon, bref : comment ?

Quand il la rencontre, un homme ne se projette pas dans une relation sérieuse avec:

Une femme trop timide.
Une femme trop directe et franche.
Une femme qui parle de sexe ouvertement.
Une femme facile.
Une femme saoule.

Il serait donc de bon ton que notre femme se contente de glousser et rougisse à la moindre évocation de la chose, puisque nom d’une pipe, femme, vous devez êtres de gentilles oies blanches. Pas d’alcool, pas de sexe, et de préférence ne pas fuir ou aller de l’avant : il faut attendre d’être cueillie tel un brin de muguet attendant patiemment dans la rosée du matin que Maurice le jardinier aviné vienne lui arracher la tronche en complimentant ses grosses clochettes de son haleine au saucisson.

Oui, vous avez le droit de soupirer de bonheur rien qu’à cette vision quasi-onirique. Allez-y, j’attends avant de poursuivre l’article. 

C’est bon ? Fort bien : reprenons.

Que doit faire une femme quand un homme qui lui plait l’aborde?

L’accueillir avec joie.

Pensez à toujours vous munir d’un collier de fleurs exotiques à placer autour du cou du mâle pour bien lui faire comprendre qu’ici, tu es le bienvenu, homme blanc. Toi avoir amené verroterie ? 

Et que doit-elle faire si un homme qui ne lui plait pas l’aborde?

Reconnaître l’effort qu’il lui a fallu pour venir la voir.

Voilà. Donc même si un gros relou vient vous emmerder, Mesdemoiselles, merci de lui remettre un bon point pour le féliciter. Et au bout de dix bons points, vous pouvez éventuellement lui remettre une photographie dédicacée de Patrick Sébastien.

Après, pas sûr que le message passe : si en plus il est content, n’hésitez pas à sortir le pistolet à clous.

Et puisque je vous sens enthousiastes, continuons dans la série de la classe et de l’élégance :

Comment obtenir le numéro d’un homme à la fin d’une conversation?
Lui donner son numéro. (NDLOC : le vôtre, pas le sien, sinon ça devient vite problématique)
Lui demander son numéro (s’il hésite à le donner, il n’est pas intéressé).

0

N’oubliez pas les filles : d’abord vous donnez votre numéro. Et ensuite, éventuellement, c’est à lui de décider s’il vous le donne ou non.  Et non, vous ne pouvez pas juste lui demander, sinon vous prenez aussitôt feu. Oui, le problème de la combustion spontanée est situé sur le chromosome X. Alors comme en plus vous en avez deux, ça prend d’autant plus vite, c’est une sorte d’allume-barbecue biologique. Ah, c’est pas facile, mais bon, hein, vous allez pas commencer à gueuler en plus. Je suis sûr que ça peut vous servir dans plein de situations.

Bon, mettons. Mesdemoiselles, vous arrivez à la fin du rendez-vous en un seul morceau, et mieux encore, vous pensez que ce mâle en vaut peut-être la peine. Que faire ? Va-t-il vous appeler ? Devez-vous l’appeler ? En tout cas, quoiqu’il arrive, la conversation téléphonique finit par arriver (non parce qu’il n’existe aucun autre moyen de communication au XXIe siècle démerdez-vous).

Que doit faire une femme au cours du premier appel?
 Ne pas être trop bavarde
0

Règle numéro 1 : Ta gueule. Règle numéro 2 : Pense très fort à la règle numéro 1, mais en silence alors.

L’exemple à suivre

Manquerait plus qu’elle apprécie de discuter avec Monsieur, nan mais ho ! Elle se croit où ? On t’appelle pour que tu ramènes tes fesses, pas pour que tu racontes ta vie ! On t’a déjà dit qu’on en avait rien à faire du reste, alors tu vas pas commencer à nous le seriner, dis !

Le rendez-vous est arrêté ? Mesdemoiselles, vous avez attendu patiemment qu’il vienne vous trouver en soirée et maintenant il vous propose une sortie en tête à tête, comme par exemple une invitation à la fête annuelle du plus gros mangeur de saucisses ? En route pour encore plus de romantisme !

Ce qu’une femme doit dire lors du premier rendez-vous
Elle ne doit pas critiquer le lieu de rendez-vous choisi par l’homme (s’il lui demande avant, elle peut l’aider à choisir pour qu’il connaisse ses préférences).
0

L’homme a choisi. L’homme ne commet pas d’erreur. L’homme ne rit pas de ses bêtises. Dis-donc, tu veux qu’on reparle de la règle numéro 1 ?

Elle ne doit pas être trop bavarde.

Hé bin la revoilà la règle numéro 1. On l’avait déjà oubliée.

Elle doit éviter les sujets trop sérieux ou graves.

En effet, l’homme n’est pas là pour parler politique, religion, science ou je ne sais quel autre sujet chiant : femme, on attend de toi que tu parles d’arcs-en-ciel, de lapins, de poneys et éventuellement, mais uniquement si vous sentez que ça se passera bien, de licornes. On espère pour vous que vous n’avez d’ailleurs pas fait d’études, non parce que sinon, ça fait un peu prétentieuse. Si vous pouviez baver un peu en roulant des yeux pendant le repas, ce serait nickel.

Sinon, c’est moi où cette partie s’appelait "ce qu’une femme doit dire" mais ne comprend que des choses à éviter ? Sûrement un problème de maîtrise des négations. Non parce que non, ça veut un peu dire oui, quand même, hein ? Non ? C’est bien ce que je dis.

Ce qu’une femme doit faire lors du premier rendez-vous
Elle doit laisser l’homme payer l’addition (si les dépenses se poursuivent plus tard elle peut proposer de participer aux frais.
Mais elle ne doit pas inviter l’homme chez elle après le rendez-vous car ils risquent d’aller trop vite et de tout gâcher.

Encore une fois, rien le premier soir où il s’en ira en éclatant d’un rire diabolique, fenêtre, chute, slip. Souvenez-vous. Pour le reste, tout cela ressemble méchamment à un guide écrit par Tata Louisette au XIXe siècle. Vous en voulez la preuve ? Mettons encore : le repas se passe bien, et vous avez adoré cette soirée au concours du plus gros mangeur de saucisses ; que faire à présent ? Écoutons Tata Lo… nos trois célibataires de choc expliquer de quoi il retourne :

Contrairement à la femme qui se projette très vite l’homme reste réaliste et sait rapidement si la relation peut devenir sérieuse ou non.

Compris bande de rêveuses ? Vous êtes complètement à côté de la plaque : le réalisme est livré par UPS une semaine après les coucouilles lors de la gestation, permettant au mâle de pouvoir analyser sereinement la relation alors que vous, créatures de l’enfer, vous en êtes encore à vous rouler par terre en gloussant à l’idée de faire des bébés.

L’homme étant grand prince (évidemment, que croyez-vous ?), il laisse cependant filtrer des signes pour dire s’il veut du sérieux ou non. Prenons ceux qui signifient que son intérêt pour la femelle est limité : quels sont-ils ?

Il ne la sort pas régulièrement

Nous ne parlons ici ni de sa kikoute (allons, bande de forbans) ni de son cocker, mais bien de sa dulcinée. Car la femme, il faut la sortir et c’est toute une histoire : et vas-y que je gratte à la porte, et que je grogne parce qu’il n’y a plus de macarons dans ma gamelle, et que je rentre avec les pattes pleines de boue et de vernis pour en foutre partout… non. Il faut régulièrement l’emmener faire le tour du quartier marquer son territoire sinon c’est le souk à la maison.

Merci, Heureuse en amour. Merci, Ce que pensent les hommes. D’autres indices pour savoir si un homme n’est pas sérieux ?

Il disparaît sans prévenir et elle n’entend plus parler de lui.

Il est vrai qu’en général, quand il disparaît c’est qu’il n’est que moyennement intéressé (au bout de 20 ans qu’il est parti chercher des clopes par exemple, vous pouvez tout à fait commencer à vous interroger). Bien sûr, il se peut aussi qu’il s’agisse d’un ninja, auquel cas c’est parfaitement normal qu’il disparaisse de temps à autres, mais dans ce cas il est facile de le distinguer d’un mâle lambda, par exemple à cause de son goût prononcé pour les collants. Pensez à verrouiller le tiroir où vous rangez les vôtres sinon il va encore s’en faire une cagoule avant de lancer des shurikens sur la Twingo du voisin. Ces ninjas sont vraiment intenables.

Ces petites attentions qui le rend dingue d’elle!
Elle lui montre qu’elle s’intéresse à sa vie.
Elle le soutient et l’encourage en toutes circonstances.
Elle lui fait des compliments sur son apparence et sa manière d’être.
Elle lui offre des petits cadeaux de temps en temps.
Elle lui fait à manger ou livrer un repas de temps en temps.
Elle s’occupe autrement quand il n’est pas disponible.
Elle n’essaie pas d’aller trop  vite et ne le force pas à s’engager.

Bref, soyez sa mère.

Non mais en même temps, vous vous doutiez que c’était un ninja quand vous l’avez rencontré la première fois, non ? Le fait qu’il soit faible en groupe de 500 mais super fort en groupe de 1 ? Sa capacité à jeter des boules de phosphore devant lui pour un oui ou pour un non ? Tout de même ?

Mais assez ! Passons à la partie qui, si j’en crois ce texte, fera rougir les friponnes qui me lisent : le sexe.

Si. Là aussi, ils ont des conseils.

Une femme doit-elle coucher le premier soir?
Si elle veut du sérieux, NON.Il va la prendre pour une femme facile, pensera qu’elle agit ainsi avec tous les hommes et n’arrivera plus à se projeter dans une relation sérieuse avec elle. Il est conseillé d’attendre au moins le 5ème rendez-vous avant de céder aux avances d’un homme.

Avant le 5e rendez-vous, vous êtes une vilaine coquine. J’aime toute la précision de ce genre de conseil : pensez à compter le nombre de rendez-vous. Ne le faites pas quand vous en avez envie, ce serait mal : vérifiez votre agenda, téléphonez à votre meilleure amie, regarde votre horoscope, appelez Orly et si la tour de contrôle vous donne son feu vert : couchez.

Sinon, rentrez chez vous et regardez Derrick.

Quelle genre de femme attire un homme physiquement?
Une femme sexy, à l’aise dans sa tête et dans son corps.

Il est vrai que pour le sexe, ça aide d’être sexy. Et il parait que pour vivre, il faut être vivant (sauf si vous êtes une liche ou Grégory Lemarchal, auquel cas vous sortez plus de disques mort que vivant).

Du grand art.

Passons les conseils sur l’art de copuler avec son prochain : je vous laisse libre d’y trouver votre bonheur. Non : le mieux, c’est la partie "Après l’amour" dans laquelle on trouve des morceaux de bravoure. Après l’amour, donc ?

Il tient à elle un minimum pour rester et s’endormir à ses côtés. (si un homme s’endort après l’amour il est impossible de l’en empêcher, c’est physique)

Voilà. Alors sachez-le : l’homme fonctionne d’une manière bien étrange. Après l’amour, satisfait, son organisme profite de ses derniers râles pour envoyer toute l’énergie restante dans son corps vers son rectum ; il relâche alors dans l’atmosphère son énergie sous forme vaporeuse dans un ultime mais néanmoins tonitruant pet, se tourne sur le côté, puis s’endort. RIEN ne peut l’en empêcher. C’est physique on vous dit. 

Alors c’est ballot, surtout que dans le passage juste avant, on nous disait que l’homme aimait "faire l’amour dans des lieux insolites.". Du coup ça doit être un peu le bordel cette affaire, on doit retrouver des mecs endormis partout. 

"Hé bien Berthier, merci d’être venu à cette réunion. Je vous raccompagne à l’ascenseur ?
- Volontiers.
- Parfait, tenez il arr… MAIS ? Qu’est-ce que c’est que ça ? Que fout ce type tout nu à roupiller dans la cabine ?
- Je crois que c’est Mauricet Monsieur, de la compta. Il n’y peut rien : il a une relation au travail.
- Non mais ça commence à bien faire ! L’autre jour j’ai retrouvé Martinot en train de pioncer dans un conduit d’aération ! Et Francis dans le bac à verre !
- Ah non mais Francis, on est d’accord, il est fou. M’enfin bon, je pense qu’il se dit que c’est correct, surtout depuis la fois où vous…
- JE M’ÉTAIS JUSTE ENDORMI AVEC CETTE CHÈVRE DANS LES BRAS D’ACCORD ? CA N’A AUCUN RAPPORT ET IL N’Y A AUCUNE PREUVE !"
0

Heureusement, le site n’hésite pas à enfoncer le clou. Quid si le mec n’a pas envie de rester là ?

Il ne tient pas à elle et trouvera la force de se rhabiller pour reprendre sa liberté.

Il "trouvera la force de se rhabiller". L’homme va ramper sur le sol en serrant très fort fesses et dents, se tortillant comme un gros vers en essayant d’enfiler ses chaussettes sans laisser s’échapper le peu d’énergie qu’il lui reste. Puis, il rampera à demi-nu dans les couloirs avoisinant jusqu’à regagner la rue où, avec un peu de chance, il parviendra à héler un taxi. 

C’est terrible. On dirait qu’on nous parle d’un baleineau échoué.

Mais, il n’y a pas que le sexe dans la vie : comment se comporter pour garder ce brillant mâle que vous avez su conquérir ? Par exemple, lorsqu’il revient d’une soirée avec vos amis ? Mais si, vous savez déjà ce qu’il faut faire. Souvenez-vous : 

Une femme ne devrait pas trop questionner un homme quand il rentre d’une soirée avec ses potes car cela gâche le plaisir qu’il a de la retrouver.

Règle numéro 1 : le retour.

"Bonsoir chérie !
- Bonsoir mon choubidou.Tu as passé une bonne soirée avec tes amis ?
- NAN MAIS HO ! TU TE CROIS OU ? CA TE REGARDE ? De toute façon j’en ai marre tu t’intéresses toujours à ma vie, c’est dégueulasse, maintenant je n’ai plus de plaisir à te retrouver, je retourne boire des bières avec les copains !"

0

Encore une fois : écrit par trois célibataires. Hmmmm. Mais pourquoi donc ?

Quand vous retrouvez ceci à la maison, c’est qu’il est temps d’en partir

Le match de foot à la télé. 

Ne jamais déranger un homme pendant son match! Si une femme annule ses projets pour que son homme regarde son match, il aura une haute estime d’elle. Un homme aime que sa petite amie regarde un match avec lui, mais en silence!

Si elle pouvait aussi décapsuler les bières, ce serait cool. A noter qu’elle doit le faire en silence : la femme ne peut pas commenter le football. Elle n’en comprend pas les règles. A ce qu’il paraît que si l’on répète trois fois la règle du hors-jeu à une femme en moins de 5 minutes, sa tête explose.
Non mais genre. Bientôt, elles vont aussi croire qu’elles peuvent jouer au foot. Pfff.

Et donc, l’auteur de cette synthèse a trouvé ces commentaires pertinents. Intéressant : je serais curieux de savoir ce qu’elle ne trouve pas pertinent, du coup.

Les sorties en couple
Un homme n’aime pas être invité par sa femme à des sorties en couple car il doit faire attention à ses faits et gestes et se sent jugé par les amis de celle-ci.
Il fait l’effort de venir pour faire plaisir mais il aime que ça en finisse au plus vite.
Un homme se sent plus détendu et lui même quand il organise des sorties en couple avec ses amis.
Une femme doit se montrer indépendante et ne pas chercher constamment l’attention de son homme pendant une sortie.

0

Mesdemoiselles, vos amis sont relous : merci de libérer Monsieur de ces derniers. Par contre, ses amis à lui sont forcément cools : merci de fermer votre gueule (ça alors ! Cette règle numéro 1 est décidément bien utile) quand ses amis sont là pour qu’il puisse pleinement en profiter. Et faites péter les crackers, ça fait faim, là.

Les présentations officielles
Une femme doit tout faire pour s’entendre avec la mère de son homme car il déteste avoir à choisir entre les deux femmes qu’il porte dans son coeur.

Plus haut je disais "Soyez sa mère", grossière erreur : "Soyez le bras droit de sa mère" serait plus exact. 

Attendez, comment pourrait-on être encore plus rétrograde ? Ah, je sais :

Le mythe de la femme au foyer
Bien qu’un homme aime une femme forte et indépendante il reste accroché au mythe de la femme au foyer.
Il aime:
qu’elle prenne soin de son intérieur.
qu’elle l’aide à s’habiller.
qu’elle lui fasse à manger.
C’est à travers ces petits gestes qu’il se rend compte de l’amour qu’elle lui porte.

"Forte et indépendante", comprendre "Suffisamment forte pour porter le bac à linge et suffisamment indépendante pour se barrer quand les copains sont là". En effet, ça se tient, il manquait juste deux-trois mots.

Et, oui, l’amour se mesure à la fréquence à laquelle vous passez l’aspirateur. Rrrrr, passion.

L’érotisme, allégorie.

Allez, passons en revue la suite et accélérons : il y aurait trop à dire.

Une femme ne doit pas entamer une discussion sérieuse quand un homme n’est pas disponible.

Elle doit attendre sur le bas côté et éventuellement lui envoyer des SMS pour lui signaler qu’elle a quelque chose à lui dire. Par exemple, attendre qu’il ait fini sa partie de PES avant de lui annoncer que vous êtes enceinte. Il y a des priorités.

Quand un homme et une femme vivent ensemble, ça les rend plus proches.

Et quand on met deux biscuits l’un à côté de l’autre, ils sont l’un à côté de l’autre. La vache, on peut dire qu’ils ont "brisé une omerta" nos bons auteurs. Vite, remettez-les tabous, c’est trop d’un coup !

Horrible vérité n°1: Les hommes se servent des femmes pour coucher car ils détestent être en manque.

Alors que les femmes font du tricot et on en parle plus.

Horrible vérité n°2: Les hommes trompent les femmes qu’ils aiment par besoin de variété sexuelle.

Oui, c’est automatique. Ah mais on a déjà essayé d’enfermer un mec pour voir ce qu’il se passait et commet il variait les plaisirs : au bout de 3 semaines sans nouveauté, son corps se met à développer d’étranges pouvoirs de téléportation pour aller courir la gueuse "par besoin".  L’armée s’en servirait à l’heure actuelle, mais pour l’instant, les résultats sont encore aléatoires : la plupart des sujets tests ont été retrouvés au zoo.

Horrible vérité n°5: Les hommes n’ont aucune inclination naturelle pour le mariage.

Alors que les femmes, si : saviez-vous que lors de l’accouchement, le plus difficile à faire sortir après une petite fille était la robe et le bouquet allant de pair ? 

Conclusion: le désir sexuel est à la source de tout acte masculin!

Sans oublier le football, la bière et bien évidemment sa maman.

Voilà. Je vous remets la conclusion de la damoiselle qui a étudié ce livre pour Heureuse en amour ?

Une chose est sûre, ce livre a un peu changé ma vision des hommes mais également celle du couple. La vérité n’est pas toujours facile à entendre, mais elle est nécessaire pour nous permettre d’aborder les relations entre hommes et femmes avec plus de réalisme et de sérénité. Je me servirai très certainement de tout ce que j’ai appris pour réajuster certaines attitudes face aux hommes et ainsi améliorer nos rapports communs.

Et le plus beau ? 

C’est que ce livre a trouvé un éditeur et est vendu en échange de vrai argent pour vous aider, vous, les femmes.

Remarquez, il y a une vraie réflexion derrière ce bouquin : je suis encore en train de chercher qui on prend le plus pour un con.

 


ARTICLE de: http://odieuxconnard.wordpress.com/2013/04/25/ce-que-veulent-les-zoms/

Repost 0
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 22:28

ARTICLE ORIGINAL SUR: http://www.site-rencontre-femme.com/site-renco...


Quelle est cette femme de l'autre coté de l'écran ?


Sur les sites de rencontres, les caractères se présentent de façon plus exacerbée que dans le réel car il n'y a pas la présence physique de la femme, son regard, sa voix, sa façon de dire les choses, etc ...

Seul l'écrit est présent et on remarque que se forment de façon innée de grandes catégories de caractères et de comportements.

Je vais vous présenter celles qu'il faut éviter soigneusement sous peine d'errer sur les sites de rencontres sous tranquillisants.

La plupart de ces catégories représentent une perte de temps et d'énergie importante car elles n'aboutissent à rien. Rien de concret en tout cas, pas de rendez-vous.

Et si rendez-vous il y a, c'est la catastrophe industrielle.

Allez, courage, les voici :

1- La chieuse auto-proclamée du site de rencontre


Voici une annonce repiquée sur un site de rencontre :

"Chieuse pour de vraie et fière de l'être ! C'est qu'elle a son petit caractère et qu'elle n'aime pas qu'on l'embête LOL! Alors si vous aimez les chieuses et que vous n'êtes pas prise de tête, contactez moi"

Ne vous y méprenez pas. Ce n'est pas du second degré ou de l'auto-dérision et les femmes qui s'autoproclament "chieuses" le sont vraiment.

C'est à dire qu'elles ont toujours "raison" et qu'elles passent leur vie à faire des reproches à leur compagnon en raison de leur comportement immature. Leur mode de communication est la culpabilisation de l'autre et la fuite en avant quand l'autre lui démontre qu'elle n'est pas si parfaite que ça. Une chieuse quoi !

Les sites de rencontre sont remplis de chieuses auto-proclamées. A zapper fermement.

2- La secrétaire qui s'emmerde au boulot

Vous serez parfois surpris de certaines femmes qui ont l'air super sympa et qui chatent à donf avec vous. Seul hic, quand vous leur demandez des photos ou que vous leur proposez un rendez-vous, elle ne répondent plus. Ou elles vous disent que" là elles ne peuvent pas trop mais que promis, dès qu'elle le peuvent, elles le font".

Elles ne chatent qu'en journée et ne sont pas connectées le soir sur le site de rencontre.

Vous êtes face à une catégorie présente en masse sur les sites de rencontres : la secrétaire qui s'emmerde au boulot (au fait, elle n'est pas secrétaire mais "assistante". On l'appellera secrétaire pour l'embêter).

De quoi s'agit il ?

* Soit d'une femme mariée, qui n'a pas de problème dans son couple, souvent mère de famille mais qui s'emmerde comme pas deux au boulot. Ses collègues célibataires sont toutes sur Meetic ou consorts et elles lui ont dit que c'était marrant et sans risques. Alors pour passer le temps elle chate avec des mecs sur les sites de rencontres. Et c'est vrai que c'est fendard ...

* Soit d'une femme mariée, toujours avec des enfants mais qui en plus de s'emmerder au boulot se fait chier dans sa vie de couple. Mais attention, ça fait 10 ou 20 ans qu'elle est mariée avec son époux et qu'elle n'a connu que lui ou pratiquement que lui.

Et elle ne veut pas le quitter. Oh surtout pas ! Elle veut juste se faire peur, sentir le frisson de l'interdit !

Elle veut aussi se rassurer, sentir qu'elle peut attirer le désir d'un homme alors que son mari ne la regarde même plus, sauf quand elle passe l'aspirateur. Le site de rencontre est pour elle une échappatoire, une sorte de soupape de sécurité qui lui permet de s'évader de sa vie terne.

Cette catégorie est extrêmement perverse car elle joue le jeu à fond et va vous proposer des rdv qu'elle annulera à la dernière minute. Que de temps perdu ... !

Comment la débusquer : les horaires dont nous avons parlé ou un premier rdv annulé à la dernière minute. Elles annulent à la dernière minute parce que cela fait plus crédible. Je vous conseille de laisser tomber après le premier rdv annulé.

3- La femme délurée et coquine

Ah, quelle belle catégorie que la fille délurée ! J'aime bien la regarder sur les sites de rencontre car elle est amusante.

Elle a des photos très sexy et pose pratiquement à poil, enfin en maillot de bain. Elle tire souvent la langue ou fait des grimaces.

Bien entendu elle a un joli visage et est bien foutue. Elle est la plupart du temps très jeune, entre 18 et 23 ans (vierge :). On retrouve aussi la femme délurée chez des femmes qui ont dépassé la cinquantaine, elle sont bien sûr moins nombreuses et moins sexy. C'est une catégorie néanmoins en progression sur les sites de rencontre.

Au niveau de sa fiche, c'est super car elle nous raconte qu'elle adore porter des sous-vêtements sexy, qu'elle est ouverte à l'échangisme et aux trios lesbiens, qu'elle aime faire l'amour tout le temps et qu'elle aime les pratiques qui resteront dans les annales si vous voyez ce que je veux dire ... j'en passe et des meilleures

Alors, qu'est ce que ça vaut la fille délurée ? Est ce vraiment la bombasse tant espérée ?

Pfeuuu ! La plupart du temps c'est un faux profil, voir à ce propos notre page sur les faux-profils.

Et quand c'est un vrai profil, elle ne répond pas aux mails que vous lui envoyez.

Tout simplement parce que plus la fille joue les coquines et les femmes libérées, plus elle est coincée dans sa tête et dans son corps (nous ne parlons pas ici des libertines, qui sont encore une autre catégorie).

Elle a peur des hommes, ou plutôt de l'amour physique et s'exhibe comme une pornstar sur les sites de rencontre pour faire style qu'au contraire tout va bien.

Elle couche peu et quand elle couche ce n'est pas top. C'est pour ça qu'elle n'a pas de mec car c'est un mauvais coup et les mecs la baisent une fois puis se barrent après.

Malgré le ton de ce paragraphe je ne lui jette pas la pierre car je trouve cela plutôt triste et je sais qu'il y a de la souffrance et des cicatrices derrière.

Si tu es une femme dans ce cas et que tu lis ces lignes, je me permet de te donner mon avis, qui n'engage que moi : arrête de t'exhiber sur les sites de rencontres et essaie de plaire aux hommes pour ce que tu es, pas pour ton corps, aussi beau soit il. Tu attireras des hommes qui s'intéresseront à toi pour ta personnalité, pas pour ton physique.

Tiens, regardez en DVD le film "American Beauty" de Sam Mendes, le personnage joué par Mena Suvari (la photo de gauche) illustre très bien cette catégorie

4- La femme qui ne cherche rien


Au moins elle a le mérite d'annoncer la couleur : elle est sur un site de rencontre mais elle ne cherche rien, elle n'est pas là pour rencontrer un mec, elle est là "juste pour avoir des conversations intéressantes". Parfois elle ajoute même qu'elle a un mec et qu'elle l'aime.

A nouveau, elle annonce la couleur et pour cette raison je la respecte tout particulièrement.

On pourrait supposer que le fait de dire qu'elle ne cherche rien soit un subterfuge pour tomber sur des mecs qui ne vont pas essayer de la sauter mais juste avoir des conversations normales avec elle.

Ce qui lui permettrait d'éviter les obsédés du sexe et d'ainsi n'être contactée que par des mecs sérieux qui cherchent une relation sentimentale sur les sites de rencontres.

Hé bah non, même pas ! Elles sont sincères quand elles disent qu'elles ne cherchent rien. Ce peut être pour passer le temps au bureau, parce qu'elle aiment échanger des avis avec des hommes ou pour d'autres raisons que j'ignore totalement.

Si vous êtes sur le site de rencontre pour une relation sentimentale ou sexuelle, je vous déconseille fortement de rentrer en contact avec cette catégorie de femmes en vous disant que l'on ne sait jamais. Ce serait peine perdue. Par contre, si vous avez envie de parler de choses et d'autres avec elle parce que vous vous embêtez aussi au bureau, allez y.

5- La femme qui ne croit pas aux sites de rencontres

Fuyez mes amis, fuyez, blacklistez là !

Bien entendu, elle a le droit absolu de ne pas croire aux sites de rencontres. Mais le problème c'est qu'elle y est quand même ! Et qu'elle sera toujours sur la défensive et méfiante. Il vous faudra montrer patte blanche en permanence.

Elle vous sortira des trucs comme "Même si l'homme en face de moi est quelqu'un de bien, ce n'est pas naturel comme rencontre, il manque un truc et ça, ça me bloque".

Donnez lui l'adresse du bal du samedi soir de Triffoullis les Troies Oies ou de Brie Comte Robert, elle en aura du naturel !

On le sait qu'un site de rencontre c'est moins naturel que dans le réel mais à ce moment là qu'elle reste dans le réel et qu'elle ne vienne pas nous les casser avec ses interrogations existentielles.

La pire, c'est celle qui ne vous le dit que quand vous la rencontrez dans le réel. Ça m'est arrivé l'autre jour. On arrive au bar, salut, t'as trouvé facilement, etc ... On n'était pas assis depuis deux minutes qu'elle me sort "Tu sais, je suis venue mais je ne crois pas du tout aux rencontres sur internet".

J'ai hésité entre l'éviscération à mains nues et l'étouffement par acte sexuel. Malheureusement tomber sur ce genre de neuneu ça peut arriver, prétextez un coup de barre fatal ou un rendez-vous professionnel aux aurores et prenez le large vite fait.
La femme qui est sur un site de rencontre parce qu'on l'y a inscrite de force, elle n'a pas besoin de ça ...

Et mon œil ? Il est vert ou bleu ? Même topo que pour la catégorie précédente. Encore plus lourdingue car elle n'assume pas.
La femme "tout est super dans ma vie"

Écoutons là :

* Elle a plein d'amis
* Elle a un super boulot dans un grand groupe dans lequel elle s'éclate à donf
* Elle est dans des fonctions de consultante ou dans la comm ou le marketing
* Elle n'a aucun problème avec les hommes et est restée copine avec tous ses ex
* Elle adore danser et faire la fête
* Elle part en vacances dans des supers endroits à travers le monde
* Elle adore boire un verre de vin rouge (Saint Estèphe ou Saint Julien)
* Elle roule en Mini Cooper
* Elle a toujours un anniversaire de nièce ou de neveu à fêter
* Elle a un chien qui s'appelle Hugo. Il sent mauvais et dort dans son lit

Qu'est ce qu'on lui dit en chœur ? : "Mais qu'est ce que tu fous là, connasse ?" Avec toutes tes qualités tu devrais déjà être en couple depuis la maternelle.

Catégorie assez pénible, elle cherche un mec comme on cherche un portable. Elle en a besoin pour compléter sa panoplie de femme à la vie épanouie et pour répondre à un besoin social. Le problème : le mec n'est jamais assez comme-ci ou assez comme-ça. Elle sourit en permanence et ne vous rappelle jamais.

Beurk !

6- La femme qui cherche des "potes"

Il y a des femmes qui cherchent des amis hommes. Oui, vous ne rêvez pas, des amis hommes ... et des amis hommes hétéros en plus ... et elles font ça sur amitié.com ? Non, pas du tout, sur un site de rencontre ...

C'est une des catégories les plus chiantes car même avec leurs amis hommes elles sont exigeantes et emmerdantes. Ce sont en général des filles un peu garçon manqué dans leur tête (pas dans le physique) qui n'ont jamais d'amoureux. Bien sûr elles s'entendent mal avec les filles et préfèrent la compagnie des garçons.

Comment les repérer ?

Elles aiment la moto (pas toujours mais souvent), elles posent d'ailleurs en tenue de motard devant une grosse cylindrée. Elles aiment bien aussi les belles bagnoles. Elles mettent dans leur fiche descriptive qu'elles sont "pilier de bar". Elles aiment bien le rock ou le métal, certaines indiquent par bonheur pour nous qu'elles aiment les sorties entre "potes" (indice fondamental).

A ne pas contacter, sauf si vous aussi vous recherchez des amis de l'autre sexe.

7- La graphiste sur les sites de rencontres

Il est une catégorie que j'ai toujours du mal à cerner sur les sites de rencontres. C'est celle des graphistes.

D'ailleurs je ne suis jamais sorti avec une graphiste. Ah si si ! Elle était graphiste/webmaster et on faisait sauvagement l'amour à poil et debout sur sa grande terrasse du bassin de la Villette et sur la mienne aussi, plus petite (la terrasse). Catherine, si tu lis ces lignes, je te salue :)

Bon, mais Catherine était surtout webmaster et j'ai vraiment du mal avec les graphistes. Elles sont en masse sur les sites de rencontres car elles passent leurs journées devant leurs bécanes à manier Photoshop et Illustrator. Elles ne répondent pas beaucoup aux messages et quand elle le font c'est assez sibyllin et sans suite.

Un vrai mystère. Envoyez moi des témoignages si vous êtes arrivé à sortir avec une graphiste à partir d'un site de rencontres.

8- La femme mariée sur les sites de rencontres

On trouve des femmes mariées sur les sites de rencontres mais pas que tant que ça. En tout cas beaucoup moins que l'impressionnante cohorte d'hommes mariés !

Elle peut être là parce qu'elle a le syndrome de la secrétaire dont nous avons parlé plus haut et là il n'y en a rien à tirer, si je puis m'exprimer ainsi.

Elle peut aussi chercher un amant. Mais dans cas là elle va plutôt rechercher un mec dans la même situation qu'elle, à savoir un homme marié. C'est plus confortable qu'un mec célibataire qui peut tomber amoureux et devenir vite dérangeant (empressement à la voir, textos, coups de fils intempestifs, etc ... ).

Si elle est claire dans sa tête ça peut être sympa, si elle est par contre là pour régler ses problèmes de couple ça devient très vite compliqué. A vérifier avant, donc.

Conclusion sur les catégories de femmes sur les sites de rencontres

Je n'en ai cité que quelques unes, celles qui sont les plus représentatives mais aussi les plus marrantes à étudier.

J'aurais aussi pu vous parler de la végétarienne, de la quarantenaire dépressive, de la paranoïaque critique, de celle qui n'a jamais le temps, etc ...

Ce qui compte c'est de repérer à quelle catégorie appartient la femme avec qui vous êtes en contact et d'agir en conséquence.

Important : sur les sites de rencontres il y a aussi beaucoup de femmes qui ne sont pas classables dans quelle que catégorie que ce soit et qui sont des personnes fort intéressantes. Elles ne font pas de bruit mais sont là et ont envie elles aussi d'une belle rencontre. A méditer !

ARTICLE ORIGINAL SUR: http://www.site-rencontre-femme.com/site-renco...

Repost 0
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 04:59

 

Tranquillement assis à la terrasse d'un bar branché, je sirotais mon verre de Château d'Yquem 2001, un sacré millésime, que ce 2001 me dis-je, en prenant la contenance d'un connaisseur que je n'étais pas.

Mon téléphone sonna, et a peine décroché j'entendis quelques mots: "désolé, je suis à la bourre, je suis là dans 5min".

Je regardais ma nouvelle Armani: "merde déjà 16h20".

Je m'allumais une cigarette calmement, profitant du soleil assez rare malgré la saison.

Quelques minutes plus tard il arriva. Short large, t-shirt moulant, grosses baskets aux pieds, lunettes de soleil Oakley posé sur son nez à l'héritage africain. Un casque "No Fear" posé sur son crâne rasé presque à blanc".

On dirait un mini John Cena , pensais-je en ricanant intérieurement, même si sa carrure m'a toujours impressionné. Il attrapa une chaise et s'installa comme si la terrasse lui appartenait.

" désolé pour le retard Arlequin" lança-t-il tranquillement avec un grand sourire.

"Salut John, pas de problème. Tu écoutes quoi ? " demandais je tandis que mon interlocuteur retirait rapidement son casque pour le mettre autour de son cou.

" ah j'écoute du rap" répondit il avec un sourire amusé

J'ai bien cru que j'allais recracher ma gorgée de Château d'Yquem 2001. Je me mis à tousser et à éructer sans grâce, ce qui le fit sourire de plus belle.

"tu te fous de moi?" lui demandai-je hargneusement, déçu d'avoir gaspillé une gorgée d'un tel millésime.

"non du tout, tu peux crier à l'hérésie mon cher, mais j'écoute le dernier album de Kery JAMES" me lança t il avec un sourire sournois, attendant mon sarcasme.

Je l'observais quelques secondes, et au moment ou j'allais lui envoyer ma pique bien dosée, je me ravisais: il avait déjà anticipé ma manœuvre... quel enfoiré !

A nouveau je le vis sourire, mon regard descendit sur son avant bras et je vis le tatouage de tête de loup. "Foutu prédateur" pensais-je.

 

Le serveur arriva, brisant le silence.

John commanda une pinte de bière belge et quand il fut servit, je commençais mon interview.

 

A:" merci d'être venu John, je sais que tu es pas mal pris en ce moment et que tu as pas mal de rencontres sur le feu. C'est le cas ? "

 

J: "non très peu en fait, je ne suis pas un rencontre addict, si tu me permets, bien au contraire, je fais beaucoup de tris sur ces sites de rencontres puisque la plupart des nanas sont de véritables cas sociaux."

 

Je vis la perche tendue, mais loin de la saisir comme il essayait, je rebondis:

 

A: " Tu es sur plusieurs sites de rencontres très connus du public donc j'imagine que tu dois quand même trouver des nanas qui te conviennent non ? "

 

J: "Non pas tant que ça, comment te dire, je prends beaucoup de soin à trier les contacts. Comme tu le sais déjà, je ne cherche pas de plans culs, mais une vraie histoire. Les filles sérieuses sur les sites de rencontres sont rares, il faut être honnête. La plupart accordent une part majoritaire au physique plus qu'au reste."

 

A: "et ça te porte préjudice ?"

 

J: " Comme dirait Jérôme Commandeur, je suis un mec au physique moyen, ni beau, ni moche, mais au charisme souvent venté, qualité qui ne transparait pas souvent par Internet."

 

A: "On sent une pointe d'agacement avec ça non ? "

 

J: " oui, j'avoue, la plupart des filles s'arrêtent à quelques photos, autant être honnête, elles se foutent royalement du caractère et de la personnalité du mec. Si je me souviens bien tu as fait un test avec un profil de beau gosse débile , et d'un mec classique mais intelligent, et le choix est unanime: les nanas préfèrent les beaux abrutis, plutôt que les mecs normaux mais intelligents et intéressants."

 

A: " oui tu as raison, le test était sans équivoque. Ne trouves tu pas que c'est dommage ? "

 

J: " dommage , non , pas du tout, ça correspond très bien à la mentalité actuelle. Le physique et l'apparence ont pris le pas sur tout le reste. Je te donne un exemple débile: Nabila.

 

A: "Attends John, Nabila fait le buzz, c'est une star non ? "

 

Je vis les muscles de John se crisper.

 

J: "Une star de quoi ? Elle a un QI de poulpe, un physique entièrement refait, sans parler de ses bourrelets au niveau du ventre à 20ans ... Soyons honnête, cette nana est juste la risée auprès de tous les gens qui ont un minimum de sens critique et de moral. Par contre ce que je trouve honteux, c'est qu'elle fasse la Une de Libération et de Canal +, ça montre bien la médiocrité de la presse."

 

A: "ok c'est pas moi qui vais te dire le contraire. Mais comme tu as l'air un peu excédé par ce type de comportements, peux tu me raconter tes dernières rencontres sur Adopteunmec.com ? "

 

J: "Oui avec plaisir. Adopte, c'est un site peu conventionnel, les mecs n'ont pas la main sur les discussions, ça plait aux nanas qui en ont marre de se faire harceler sur les autres sites., c'est un site moderne, et dans l'air du temps."

 

A: " Tu es ironique?"

 

J: " Non non du tout. Adopte c'est moderne, c'est jeune, contrairement à Meetic qui est completement "has been", un site de vieux, pour les vieux."

 

A: " tu ne crois pas que tu exagères là ? Meetic est quand même le site de référence non ? "

 

J:" Meetic était le site de référence il y a 10ans, maintenant c'est une vieille R5 avec plus de 200 000km au compteurs. Ne nous méprenons pas, c'est un site bien fait au niveau technique mais complètement dépassé. Il ne répond plus aux attentes des 18/30ans , il suffit de voir l'âge des inscrits."

 

A:"bon ok, alors tes rencontres sur Adopte, ça donne quoi ?"

 

J:" je vais te résumer ça en 3 exemples récents.

la 1ere nana, Amandine, a 30ans, un gamin, plutôt jolie sur ses photos. Elle cherche une relation stable, un mec bien: drôle, cultivé, mignon et compréhensif.

Nous nous rencontrons, on se plait, même si ses photos la survalorise. Nous passons la nuit ensemble.  Tout se passe très bien. Trois jours après elle pète un plomb: elle est mal dans sa peau, n'est pas prête à s'investir et tout le tralala classique. Bref elle assume pas son comportement.

je lui ai gentiment donné ton adresse pour consulter.

 

La seconde s'appelle Rose. Elle a 33ans , soit disant sérieuse et je cite son profil : "Je déteste : les cons, les hypocrites, les infidèles, les manipulateurs, les menteurs, les gens qui n assument pas leurs actes, les tordus, les pervers narcissiques, le vice moral, la méchanceté gratuite." Vous pouvez aller vérifier...

C'est là que ça prête à rire. J'ai eu le droit à un déballage de compliments par téléphone et par sms: je suis formidable, génial, elle a envie de moi etc... ( je n'aurais pas le culot de publier tous ses sms éloquents en la matière) .

Nous nous rencontrons. Première constatation: nous n'avons pas moi, Robert et Elle, la même définition du terme pulpeuse.

Bon je passe outre, c'est sa personnalité qui me plaisait pas son poids.

Au bout d'une heure tout dérape. Mon pull Billabong avec une capuche n'est pas au gout de Melle. Celle-ci veut un mec au physique de trentenaire en costume. Toute mes excuses si mon pull coute l'ensemble de tes vêtements "pseudo princesse". Bref, je suis un mec sympa, et je passe outre en essayant de comprendre: mais où donc est la nana profonde sincère, qui se moque du physique? qui déteste les hypocrites, les menteurs et ceux qui n'assument pas leurs actes ...

Avec une fausse naïveté, je lui pose la question... et là elle se dévoile: elle est superficielle , l'avoue, et pour elle le physique est primordiale. J'aurais pu le comprendre d'une bombe atomique, mais d'une nana ronde sans charisme, la pilule est dure à avaler.

La discussion s'est arrêtée là. Je suis parti.

Quelques jours après, elle publiait de nouvelles photos, pas retouchées je pense, mais avec un angle de vue cachant toute la misère... pathétique, et je passe un paquet de détails croustillants sur son comportement.

 

La dernière s'appelle Cécile, 31ans, flic . Super mytho dans son genre aussi. Après elle aussi m'avoir fait un déluge de compliments par telephone et par sms ( que j'ai toujours pour éviter toute diffamation), et qui ferait rougir le Père Noel en personne, nous finissons par nous rencontrer.

La rencontre se passe bien, pendant 1h nous nous prenons les mains, nous rigolons. Au bout de deux heures, elle doit aller bosser. Sentant la merde, instinct masculin ou vieille habitude, je lui fais gentiment remarquer que " je ne sais pas sur quel pied danser", et là elle rétorque et je cite " danse sur le deux pieds" et elle s'en va.

Je reste perplexe, mais je sens la veste.

Le soir, quelques heures plus tard, par sms ( elle est au boulot), je lui fais part de mon étonnement et je l'invite à discuter entre adulte. Après 5h d'échange par sms ( oui je suis patient ) , elle finit par avouer qu'elle n'a pas eut d'étincelle. Moi naïvement, je lui avoue que moi non plus mais qu'entre adulte ça serait bien de discuter de vive voix. Elle me mène en bateaux pendant 3 jours prétextant des indisponibilités. Au final, sentant le gros mytho, je la jette vertement. Inutile de tenir des discours de sincérité et de courage quand on est pas capable de le faire en vrai.

 

Tu voulais du concret Arlequin, voilà qui est fait.

 

A: "ah oui quand même, je t'avoue que je ne suis pas surpris plus que ça. Mais quel intérêt de les afficher autant et de balancer des pseudos ? "

 

J:"Absolument aucun, les vengeances mesquines ne sont pas mon truc, Mais je suis au moins transparent, et comme je conserve tous les sms, de ces demoiselles, c'est un gage de sincérité."

 

A:" oui je sais , je les ai lu. Donc finallement quel est ton avis sur tes rencontres virtuelles ? "

 

J:" je dirais un paquet de grosses mythos qui essaient de se donner une bonne image au départ, mais qui au finale ne valent pas mieux que beaucoup de mecs."

 

A:"Je te sens un peu aigris là, je me trompe?"

 

J:" Oui tu te trompes, pour une fois, je suis juste étonné. Les mecs ont le "mérite" d'afficher la couleur, les nanas affichent une apparence propre, mais se comportent aussi mal. Alors qu'est ce qui est le pire? un mec qui s'annonce comme un connard ?ou une nana qui joue les filles biens et qui se comportent comme une connasse?, c'est toi le psy, pas moi..."

 

A:" Je ne répondrais pas à cette question John, chacun se fera sa propre conclusion. Merci pour cette interview"

 

Quelques minutes plus tard, le sourire aux lèvres, John se leva et quitta la terrasse. Je tirais encore quelque bouffées sur ma cigarette, en regardant sa silhouette s'éloigner.

"Foutu prédateur" pensais je , "enfoiré de manipulateur"... je ne saurais jamais s'il avait été sincère, ou s'il avait tout inventé. Je repensais au film Usual Supect: « Le coup le plus rusé que le Diable ait jamais réussi, ça a été de faire croire à tout le monde qu'il n'existe pas ».

Je jetais un dernier coup d'œil à John qui s'éloignait et je le vis une dernière fois sourire.

 

NB: toute ressemblance avec des personnes existantes est purement fortuite, Le blog de-profundis.overblog.com et ses auteurs, déclinent toutes responsabilitées en la matière.

 

 

 

 

 

Repost 0
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 21:14

Très bonne vidéo d'Andy sur https://www.youtube.com/user/AndyRaconteSaVie/videos?view=0

Facebook: https://www.facebook.com/AndyRaconteSaVie

Twitter: https://twitter.com/AndyRaconte

 

 


 

 

Repost 0
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 21:11

Vidéo par Le Clubird : http://www.youtube.com/user/leclubird?feature=watch

 

 


 

 

Repost 0
Published by Arlequin - dans Société
commenter cet article
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 21:07

Article de Un odieux connard le 11/02/2013 sur http://odieuxconnard.wordpress.com/2013/02/11/cubidon/   

 

"Hooo, c’est splendide !"

Elizabeth ajuste sa pèlerine d’un geste mal assuré, tentant tant bien que mal de lui trouver une quelconque position où elle l’aiderait à lutter contre le froid ambiant. Hélas, rien n’y fait : l’hiver continue à pénétrer au travers de ses vêtements, alors que le vent, lui, en profite pour rabattre ses longs cheveux bruns sur son visage. De ses doigts délicats, elle les écarte pour mieux jouir du spectacle qui s’offre à elle. A perte de vue, en contrebas, la campagne est blanche : blottis sous des arbres couverts de neige et de givre, quelques animaux se réchauffent les uns contre les autres en faisant fi des deux promeneurs avançant dans la forêt. Au loin, on entend le son si curieux du bois qui craque, gonflé par le gel.

« Oui, Elizabeth, c’est splendide en effet. J’aime la campagne en hiver, profiter du silence, voir la nature paisible, savoir que la neige cache les tombes fraichement creus… hem, voilà, la neige, tout ça quoi.
- J’ai su que vous étiez un homme de goût dès l’instant où je vous ai vu à cette exposition…
- Vous dites ça uniquement parce que c’était vous que je regardais à cet instant précis, petite présomptueuse.
- Hooo Odieux, hihi ! »

0

La jeune femme se blottit d’autant plus dans sa pèlerine qu’à présent, elle aimerait pouvoir y dissimuler ses joues rougissantes, ou simplement pouvoir accuser les affres de la saison d’ainsi être les seules responsables de la brutale prise de couleurs de son visage. Elle sautille quelque peu en marchant, tant pour décoller la neige de sous ses bottes que pour se réchauffer un peu plus. Sentant la chose, son compagnon de pérégrination lui fait signe de venir se coller à lui pour partager sa chaleur corporelle. Cette fois, elle laisse ses cheveux retomber sur ses joues en pouffant un peu dans une ultime tentative de dissimuler son trouble.

« Elizabeth, vous semblez agitée.
- Je… c’est que… Odieux, est-ce que vous croyez à l’amour véritable ?
- Comme l’amour du mauvais cinéma ?
- Non… comme l’amour… Cupidon, vous savez ? L’Amour, quoi. 
- Aaaaaaaah… non, mais d’accord, oui je vois.
- Parce que je voulais vous demander, ces derniers temps je repensais à vous et moi et je voudrais aller à une nouvelle ét…
- Non Elizabeth. Attendez.
- Pardon ?
- Je vous arrête pour un motif simple : vous êtes en train de dire de la daube.
- Odieux ?! Mais ?
- Tenez, passez-moi ce bâton que je vous explique ça avec un schéma. Vous allez voir, en fait, c’est très simple. »

0

S’exécutant, la jeune femme fit quelque peu la moue pendant que l’homme à ses côtés, d’une longue branche à peine plus courte qu’un bâton de marche, commença à tracer des signes dans la neige qu’elle ne reconnut pas de suite.

Elle sentait que ça allait mal se passer.

_____________________________________________________

Toute personne saine d’esprit ayant déjà connu les capacités fécales d’un bambin peut lui souhaiter bien des choses, sauf en plus d’avoir des ailes

A l’approche de la Saint Valentin, comme chaque année, chacun y va de son couplet sur le fait que les bisous, on peut s’en faire toute l’année, que tout ça, c’est rien qu’une fête commerciale, mais mine de rien, il se trouve toujours un clampin pour en parler, particulièrement dans le monde merveilleux de vacuité intellectuelle que constituent les réseaux sociaux. Or, sur ce blog, vous le savez, la vacuité intellectuelle, c’est un peu une passion. Aussi, il convient de traiter à l’approche de ces jours maudits emplis d’une imagerie niaise  à base d’enfants volants tirant des petits coeurs sur les gens, que l’on vous ment.

Oui, on vous ment.

Car si l’Amour est incarné par Cupidon, Cupidon, lui, n’existe pas.

Je pourrais m’en arrêter à cette simple formulation, mais cela serait un procédé quelque peu cavalier : je vois d’ici mes lecteurs s’insurger en me demandant des explications, renverser les tables et les chaises en brandissant le poing, puis, comme ils me lisent au bureau, se faire engueuler par leur patron qui leur demande ce que c’est que ce bordel. Non parce que hé, hein, va falloir se calmer là quand même. Bref ! Aujourd’hui, donc, nous allons prouver scientifiquement que Cupidon n’existe pas. Et que si c’était le cas, on serait bien dans la merde.

Suivez un peu, et ramassez-moi tout le bordel que vous avez mis au paragraphe précédent.

Cupidon est, pour rappel, l’enfant de Mars et de Vénus, respectivement dieu de la guerre et déesse de la beauté. Or, à défaut d’accoucher d’une belle guerre, les deux ont produit une bien étrange créature : le dieu de l’amour. Jupiter, qui était quand même un peu un expert en emmerdes, sentit tout de suite que cette histoire fleurait les embruns de pâté, et demanda donc à ce que l’on se débarrasse de Cupidon, par exemple en le mettant dans un sac et en lui tapant très fort la gueule avec des objets contondants de type massue, marteau ou Christian Jacob. Cependant, Vénus ayant fait un peu sa chochotte, elle décida de cacher le marmot, qui par la suite devint Cupidon. Bon, dans l’histoire originale, Cupidon devient un beau jeune homme, se blesse comme un con en nettoyant son arme (mais si, quel gros busard vous pouvez le dire) et tombe donc amoureux de Psyché, mais suite à toute une histoire, il finit par la fuir jusqu’à ce qu’elle le rattrape quand même, la bougresse, (alors qu’elle ne vole pas elle, bravo la gestion des trois dimensions Cupidon, décidément) et du coup… ils se marient.

Savoir que dans l’histoire même de Cupidon, dieu de l’Amour, le mariage n’intervient pas tant que dure le bonheur, et fait son entrée uniquement pour couper les ailes du bonhomme, c’est assez ironique. Mais passons ! Car cette partie-là de la mythologie est surtout restée aux oubliettes : plus que le jeune homme marié, on a retenu l’enfant à l’arc. Alors soit !

Car que sait-on de Cupidon ?

- Qu’il vole

- Qu’il porte une culotte à la propreté contestable

- Qu’il dispose d’un arc en frêne et de flèches en or

- Que le 14 février il est censé aider les couples à faire brûler la flamme

Aussi, mettons : le 14 février, Cupidon est supposé se promener de par le monde, son arc à la main, pour mieux s’arrêter au-dessus des rues et des demeures, décochant ses traits enchantés pour que chacun trouve son âme soeur, ou que ceux déjà en couple puissent continuer à l’être encore longtemps plutôt que de se faire larguer par texto. Alors calculons !

  • La Terre compte 7 milliards d’habitants. Un peu plus, puisque chaque jour, les rangs de notre espèce grossissent, mais pour faciliter le travail de notre angelot préféré, nous considérerons que nous sommes très exactement 7 milliards le 14 février.
  • Parmi ces 7 milliards d’habitants, on peut considérer qu’il y a 2 milliards d’enfants. Or les enfants ne tombent pas amoureux comme les adultes : eux, il leur suffit d’un échange de BNs à la récré, et c’est parti, ils sont tellement à fond qu’ils vont faire des trucs aussi extrêmes que prêter leurs crayons de couleur, aider l’autre à ne pas tomber du toboggan ou tenir les mains de la maîtresse pendant que l’autre la tabasse. Ah, c’est beau l’enfance.
  • On peut donc considérer qu’il reste 5 milliards de personnes. Mais nous allons encore en retirer 1 milliard arbitrairement pour soulager le travail de notre archer angélique en virant les personnes qui sont incapables de ressentir ses flèches : gens chiants, personnes plongées dans un état second médicalement, personnes dans un état second dans la journée (les gens qui regardent plus de 2 powerpoints par jour, par exemple), les acteurs de « Plus Belle la Vie », puisque sinon, ils pourraient ressentir leur propre amour propre et partiraient donc en hurlant, et enfin moi-même pour des raisons connues de mes lecteurs
  • Cela nous laisse 4 milliards de personnes, dont il faut encore déduire :
  • Les utilisateurs de World of Warcraft, soit 11 millions, parce que merde, Cupidon va pas gâcher de munitions sur des gens qui n’auront pas le temps d’avoir une vie sociale, ya instance là
  • Les gens qui aiment Franck Dubosc, soit 2 personnes, parce qu’à ce niveau, c’est que leur notion même d’amour et d’appréciation est complètement schlass
  • Donc en déduisant 11 000 002 personnes de nos 4 milliards, nous arrivons à un total de 3 988 999 998 personnes qui ne demandent qu’à se faire flécher la gueuler.

Bien ! Maintenant que cela est arrêté, mettons : le 14 février dure 24 heures. Je ne prends pas en compte le décalage horaire : Cupidon est à l’heure de Rome. Donc il va nous faire le boulot, cette feignasse, et sans gruger, ah mais ! Recalculons :

Cupidon va donc devoir toucher, en 24 heures, 3 988 999 998 personnes

Soit, de l’heure, 166 208 333. Et que je vous entende pas gruger, bande de petits rascals : non, il ne divise pas par deux puisqu’il s’occupe de couples. C’est une flèche par personne, c’est la règle.

Soit, de la minute, 2 770 139 personnes à toucher

Soit, de la seconde, 46 169 personnes. Ce qui vous donne à peu près la population de Châteauroux, par exemple. J’en entends qui ricanent : si, même à Châteauroux, on a besoin de Cupidon. Ou d’alcool. Attendez, c’est lequel des deux qui rend heureux à tous les coups ?

Le 14 février, Twitter est rempli de commentaires de gens qui disent ne rien avoir à faire de la Saint Valentin mais en parlent en boucle. Les 364 autres jours, remplacez « Saint Valentin » par « Grand Journal »

Cupidon a donc du boulot. Ce qui expliquerait par ailleurs pourquoi vous n’avez pas forcément trouvé l’âme soeur : vous n’êtes peut-être pas exactement en haut de la pile. Avec un peu de bol, il n’y a qu’un milliard, un milliard cinq de personnes devant vous. Une paille, arrêtez de vous plaindre.

Enfin, c’est toujours moins à attendre que pour une carte grise à la préfecture, mais je m’égare : une chose est sûre, Cupidon ne bosse pas dans l’administration française. Ce qui ne veut pas dire pour autant qu’au sein de celle-ci on passe plus d’une seconde sur votre cas, rassurez-vous : certains éléments du personnage ont été bien assimilés. Mais je m’égare encore, deux fois en si peu de temps, enfin, cela reste bien normal lorsque l’on parle de mythologie comme le disait Nisos (ce paragraphe inutile vaut 900 points au club des professeur de grec ancien, si vous me lisez les gars et que vous n’êtes pas encore tous morts de vieillesse) . Bref.

Maintenant, mettons : les cibles de Cupidon sont, par un incroyable coup de bol, toujours en moyenne à un mètre l’une de l’autre. D’ailleurs, si elles sont à moins, c’est que soit elles n’ont déjà plus besoin de Cupidon parce que t’inquiète, je gère Suzette, soit qu’elles sont dans le métro, ce qui est certes relativement proche d’une relation sexuelle d’un point de vue frottements et échanges de miasmes, mais ne compte malgré tout pas. Nous considérerons que Cupidon ne dispose pas de grenades, et n’utilise que ses flèches même dans des lieux bondés comme ceux-là. Tout compris, entre les passages où il doit chercher une bonne position de tir, un angle de vue dégagé & co, on considérera toujours qu’il n’y a que ce fameux mètre. Voyez comme je suis conciliant.

Prenons en compte deux autres éléments :

  • Une flèche d’arc peut filer jusqu’à 300 kilomètres heure si bien décochée depuis un tireur immobile
  • Cupidon et sa grosse tête joufflue ne sont pas vraiment aérodynamiques

Vous avez tout bien pris en compte ? Alors c’est parti : bonne Saint Valentin.

D’abord, Cupidon va commencer à se déplacer à 135 fois la vitesse du son. Qu’importe d’où il partira : l’onde de choc sera suffisamment grande pour raser le bled où il se trouvera (Rome, probablement), vaporisant la plupart des habitants et rendant sourd les autres sur plusieurs kilomètres. Il ne fera d’ailleurs par bon se trouver sur sa trajectoire, puisqu’il ne laissera derrière lui que mort et désolation, ainsi qu’une curieuse odeur de brûlé. De toute manière, Cupidon n’en saura rien : vu le nombre de G qu’il se sera pris dans le museau à l’accélération, il sera déjà aveugle et sourd, ce qui expliquerait non seulement sa représentation aux yeux bandés sur plusieurs tableaux (voyez que j’ai raison), mais en plus cela expliquerait pourquoi vous avez toujours l’impression que tout va de travers en amour (encore une fois, tout se tient). Non parce que tirer à l’arc en étant aveugle c’est déjà pas facile, mais tout en faisant péter le mur du son et sans les oreilles, ça devient compliqué.

Mais rassurez-vous : Cupidon va aussi se sentir relativement mal : n’étant pas spécialement profilé pour sa mission, ses grosses joues vont rapidement prendre feu alors que ses yeux vont se dessécher  et si son slip était encore propre à ce stade, il devrait se remplir de tout son tube digestif avant de prendre feu, le fumet qui en résultera lui donnant un certain panache, j’en conviens (les aviateurs amateurs de calembours feront leur marché dans cette phrase).  Incapable de s’arrêter sur sa lancée, il faudra espérer qu’il trouve un moyen de ne pas ralentir s’il veut accomplir sa mission puisque ses ailes se seront sûrement arrachées dès l’accélération, emportant sa colonne vertébrale avec (là encore : le tir à l’arc se complique) et quelques autres morceaux choisis. Finalement, s’il parvient par son statut divin à échapper à la désintégration totale, et que ses doigts flétris par la combustion parviennent à sortir de son carquois ses flèches d’or n’ayant pas fondu grâce à la magie les habitant, il ne lui restera plus qu’à tirer. Easy.

Or, puisqu’il ne pourra plus s’arrêter, et que quand bien même, il devrait assurer un temps de verrouillage de la cible inférieur aux ordinateurs des avions de chasses actuel avant de tirer sa flèche et quitter l’endroit sans même prendre le temps de voir si elle touche, si jamais le projectile n’explosait pas purement et simplement, non content de toucher la personne avec qui vous étiez en train de prendre un dîner romantique, elle va lui décalquer la tête contre la table, envoyer les morceaux sur tous les convives alentours (si le choc ne provoque tout simplement pas une déflagration rasant la salle), probablement vous traverser aussi en ne laissant derrière vous que des restes qui permettront à la TNT de créer un nouveau jeu télévisé autour du principe de l’identification de votre corps, puis elle devrait traverser tour à tour – grâce à sa pointe faite d’un alliage importé droit de l’Olympe mais quand même avec de l’uranium dedans histoire de tenir le choc, donc quand bien même vous auriez survécu, Cupidon vous aurait refilé un cancer, sympa) le sol du bâtiment, le sous-sol, les fondations, commencer à creuser la terre et éventuellement s’arrêter en fumant et sifflant au bout d’un long, long moment.  Moment critique, puisque si la flèche provoque l’amour chez tout ce qu’elle touche et qu’elle pénètre la Terre, cela risque encore de créer des trucs cucus, du genre des chansons de Yannick Noah. Et ça, ça reste probablement la pire conséquence de tout.

Bref.

Une fois la personne avec qui vous mangiez en paix décapitée, votre personne désintégrée, l’endroit criblé de tirs ayant réduit les convives à néant et une forte odeur de chair brûlée s’élevant au-dessus des ruines de votre paisible cité, Cupidon, son petit corps d’enfant noirci et démembré aux lambeaux de chair pendants se posera sur les restes de l’aéroport de Rome dans une tempête de flammes et créera à l’impact avec le sol une onde de choc qui devrait non seulement piquer un peu le bambin, mais dégager l’équivalent énergétique de plusieurs fois Hiroshima. Il est même probable que, pour la déconne, la réaction sismique qui suivrait réveille l’activité volcanique locale et permette aux italiens encore vivants de savourer les joies simples de leur ancêtre Pline l’Ancien (et je ne parle pas de celle d’avoir un neveu con comme Pline le Jeune).

Pour rappel, la bombe larguée sur Hiroshima s’appelait « Little Boy ». M’enfin j’dis ça, hein.

Cela fait, nous pouvons donc en tirer plusieurs conclusions :

  • Cupidon, c’est vraiment une super idée, ça donne vraiment envie de passer une bonne Saint Valentin avec lui, quelle belle illustration
  • En fait, il est statistiquement plus probable que ce soit des ninjas qui s’occupent de manier les flèches d’or plutôt que Cupidon, mais ça évidemment, ce n’est pas vendeur alors personne n’en parle, racistes
  • Enfin, statistiquement toujours, même en supposant que chaque année, Satan achète l’âme de 1% de la chrétienté, il aurait toujours plus de crédibilité scientifique dans la possibilité d’accomplir sa mission que la simple existence de Cupidon

Donc, scientifiquement, vous avez moins de chance de rencontrer l’Amour tel que la mythologie nous le décrit que de passer un pacte avec le Diable, ce qui est prouvé très simplement par l’existence pure et simple des conditions d’utilisation d’iTunes.

_____________________________________________________

« Voilà pourquoi je ne mange pas de ce pain-là ma petite Elizabeth.« 

Dis-je en achevant de tracer mes schémas dans la neige fraîche avant d’agiter la baguette de bois dans ma main pour fouetter l’air glacial qui nous entourait. Elizabeth fit une moue dubitative en observant les schémas sur le sol, particulièrement en s’arrêtant sur celui où j’avais dessiné des gens en toge tapant un petit sac à l’aide d’un Christian Jacob. Probablement peu convaincue par mes talents de caricaturiste, elle soupira longuement, envoyant de blanches volutes s’envoler loin de ses lèvres rouges.

« Oui mais… tout de même, moi j’y crois, à l’Amour ! 
- Sacrebleu, qu’est-ce que je viens d’expliquer ? C’est bien la peine que je me décarcasse.
- Ca n’a strictement rien à voir ! Une flèche peut nous toucher n’importe quand, ce que je voulais dire, c’est au sujet de vous et moi, parce que… d’ailleurs juste à l’instant, j’ai… je grois… je gru… jgnr… »

0

Elizabeth tourna de l’oeil avant de s’effondrer dans la neige avec une délicatesse qui imposait le respect. Dans son cou, l’embout rougeoyant de la fléchette-seringue dépassait de sa chevelure. Souriant, je fis un signe à Diego, vêtu en ninja dans un arbre voisin, son fusil à air comprimé encore sur l’épaule. Le bon serviteur me rendit mon salut et descendit promptement me rejoindre pour m’aider à charger la jeune femme sur un traîneau, charme de la saison. Cela fait, Diego sembla hésiter quelque peu au sujet de quelque chose.

« Hé bien Diego ?
- C’est que… patron je… voilà, les vacances d’hiver arrivent et…
- Certes ?
- Bin je me disais… cela fait 4 ans que je n’ai pas pris de vacances alors je… jre… rgn… »

0

Diego s’effondra à son tour dans la neige, une autre fléchette-seringue plantée dans le cou au travers de la cagoule de son costume oriental. Souriant une fois de plus, je fis un signe de la main à l’autre ninja que j’avais engagé pour suivre le premier, puisqu’on n’est jamais trop sûr. Et encore une fois, la prudence avait payé. Ignorant les grosses gouttes de sueur perlant sous la tenue du tireur que je pouvais voir d’ici, alors qu’il devait se demander si quelqu’un avait été missionné pour l’endormir lui aussi, je contemplais le corps d’Elizabeth étalé sur le traineau, ronflant paisiblement.

« Ah, Cupidon. Qu’importe s’il y a une force qui décoche les tirs, pourvu que je désigne les cibles.« 

Puis, sifflotant, je repartis profiter des joies simples de l’hiver.

 

Article de Un odieux connard le 11/02/2013 sur http://odieuxconnard.wordpress.com/2013/02/11/cubidon/

Repost 0
Published by Arlequin - dans Société
commenter cet article
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 21:43

Kery James - Lettre à la République

 

A tous ces racistes à la tolérance hypocrite

Qui ont bâti leur nation sur le sang

Maintenant s'érigent en donneurs de leçons

Pilleurs de richesses, tueurs d'africains,

Colonisateurs, tortionnaires d'algériens

Ce passé colonial, c'est le votre

C'est vous qui avez choisi de lier votre histoire à la notre

Maintenant vous devez assumer

L'odeur du sang vous poursuit même si vous vous parfumez

Nous les arabes et les noirs, On n'est pas là par hasard

Tout arrivé à son départ ...



Vous avez souhaité l'immigration

Grace à elle vous vous êtes gavés jusqu'à l'indigestion

Je crois que le France n'a jamais fait la charité

Les immigrés ce n'est que la main d'œuvre bon marché

Gardez pour vous votre illusion républicaine

De la douce France bafouée par l'immigration africaine

Demandez aux tirailleurs sénégalais et aux harkis

Qui a profité de qui ?

La république n'est innocente que dans vos songes

Et vous n'avez les mains blanches que dans vos mensonges

Nous les arabes et les noirs, On n'est pas là par hasard

Tout arrivé à son départ ...



Mais pensiez-vous qu'avec le temps

Les négros muteraient et finiraient par devenir blancs

Mais la nature humaine a balayé vos projets

On ne s'intègre pas dans le rejet

On ne s'intègre pas dans les ghettos français

Parqués, entre immigrés, faut être sensé,

Comment pointer du doigt le repli communautaire

Que vous avez initié depuis les bidonvilles de Nanterre

Pyromanes hypocrites

Votre mémoire est sélective

Vous n'êtes pas venus en paix

Votre histoire est agressive

Ici, on est mieux que là-bas, on le sait,

Parce que décoloniser, pour vous, c'est déstabiliser

Et plus j'observe l'histoire ben moins je me sens redevable

Je sais ce que c'est d'être noir depuis l'époque du cartable

Bien que j'n'sois pas ingrat je n'ai pas envie de vous dire merci

Parce qu'au fond, ce que j'ai, ici, je l'ai conquis,

J'ai grandi à Orly dans les favellas de France

J'ai fleuri dans les maquis

Je suis en guerre depuis mon enfance

Narco trafic, braquages, violence, crimes

Que font mes frères si ce n'est

Des sous comme dans Clearstream

Qui peut leur faire la leçon, vous ?

Abuseurs de biens sociaux, détourneurs de fond

De vrais voyous en costard, bandes d'hypocrites

Est-ce que les français ont les dirigeants qu'ils méritent

Au cœur des débats, des débats sans cœur

Toujours les mêmes qu'on pointe du doigt

Dans votre France des rancœurs

En pleine crise économique il faut un coupable

Et c'est en direction des musulmans que tous vos coups partent

Je n'ai pas peur de l'écrire

La France est islamophobe

D'ailleurs plus personne ne se cache

Dans la France des xénophobes

Vous nous traitez comme des moins que rien

Sur vos chaines publiques

Et vous attendez de nous

Qu'on s'écrie « Vive la République »

Mon respect s'fait violer au pays dit des droits de l'Homme

Difficile de se sentir français

Sans le syndrome de Stockholm

Parce que moi je suis noir, musulman, banlieusard et fier de l'être

Quand tu me vois

Tu mets un visage sur ce que l'autre France déteste

Ce sont les mêmes hypocrites

Qui nous parlent de diversité

Qui expriment leur racisme sous couvert de laïcité

Rêvent d'un français unique

Avec une seule identité

S'acharnent à discriminer

Les mêmes minorités

Face aux mêmes électeurs

Les mêmes peurs sont agitées

On oppose les communautés

Pour cacher la précarité

Que personne ne s'étonne

Si demain ça finit par péter

Comment aimer un pays

Qui refuse de nous respecter

Loin des artistes transparents

J'écris ce texte comme un miroir

Que la France se regarde

Si elle veut s'y voir

Elle verra s'envoler

L'illusion qu'elle se fait d'elle-même

Je ne suis pas en manque d'affection

Comprend que je n'attends plus qu'elle m'aime

Repost 0
Published by Arlequin - dans Société
commenter cet article

Présentation

  • : Arlequin
  • Arlequin
  • : "Sous ce masque, il y a plus que de la chair. Sous ce masque, il y a une idée Creedy... Et les idées sont à l’épreuve des balles" V... pour Vendetta
  • Contact

Recherche

Archives