Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 20:33

TEXTE ORIGINAL DE NINA: http://www.vingtenaires.com/article-21881945.h...

" ... Sauf à tomber eux-mêmes sur des gens bien. L'autre jour, je parlais d'un garçon de ma connaissance que nous appellerons James. Sur le papier, James est grand et beau, une très bonne situation, intelligent, cultivé, intéressant, généreux et très sympa. Sans doute qu'il a des défauts, je ne le connais pas suffisamment pour les avoir vus. Ne vous emballez pas mesdemoiselles, James est en couple. Mais pourtant, je me dis que James est typiquement le genre de mecs qui est plus fait pour souffrir que faire souffrir, alors même qu'il a tous les atouts pour briser des tonnes de cœurs.

Alors voilà, les gens trop bien sont-ils faits pour être malheureux ? Scannez votre entourage, tous. Vous n'avez pas une personne, homme ou femme, qui cumule les sales histoires amoureuses alors que sur le papier, il/elle a tous les atouts dans sa main pour être heureux ? Moi, si j'en n'avais qu'une... J'en ai toute une collection. Et je me demande pourquoi, oh oui, pourquoi ? En pensant à James, j'ai cru entrevoir une explication et ça marche avec mes amis « bien et qui souffrent ». Déjà, James est victime du syndrome du trophée, je dirais. La première fois que j'ai dit James, je me suis dit « miam, j'en ferais bien mon 4 heures ». Mais en faire un petit ami ? Ohlala, non. Bon, la question ne se posait pas vu qu'il avait déjà sa copine, on est dans la fiction mais un mec beau comme ça, on l'imagine plus dans le rôle du prédateur que de l'homme d'une vie.

Explication deuxième qui découle de la première : ces gens bourrés de qualité sont effrayants. Imaginons que j'ai un James à la maison. Je le regarderais avec les yeux de l'amour, je l'écouterais parler pendant des heures mais si je repère pas vite les défauts dans cette cuirasse de perfection, je vais commencer à vite paniquer : merde, il est trop bien pour moi. Toutes les filles vont le vouloir, se jeter sur lui, il va peut-être rencontrer une fille mieux que moi, aaaaaaaah ! Oui, une fille, ça psychote pas mal quand on s'y met. Donc soit je prends confiance en moi et surtout en lui (rappelons que nous parlons d'un mec bien et super loyal) et tout va bien, soit je vais finir par le plaquer pour un mec moins parfait et moins angoissant, quelque part.

Explication troisième qui naît de la douceur de caractère de James et ses amis du genre. En général, ces personnes ont une grande générosité et une grande préoccupation pour autrui. Donc ce n'est pas le genre à provoquer une sale rupture, il fera les choses tout en douceur. Et d'ailleurs, en général, ce genre de personnes ne rompt quasi jamais, sans que je sache bien pourquoi.

Conclusion : je suis intimement persuadé que James est programme plus pour souffrir que pour faire souffrir, ce qui me désole. Ce qui peut le sauver ? Tomber sur quelqu'un d'aussi bien qui l'appréciera à sa juste valeur et se verra faire autre chose avec lui que de l'épingler à son tableau de chasse. Alors, oui, c'est possible, James en est la preuve. Mais James a rencontré sa belle après 30 ans comme quoi, il lui aura fallu du temps. "

TEXTE ORIGINAL DE NINA: http://www.vingtenaires.com/article-21881945.h...

Partager cet article
Repost0

commentaires

E
<br /> Cet article est très intéressant.<br /> Je me sens un peu James au féminin.<br /> Difficile d'en parler sans que ça rentre dans la case prétention.<br /> Merci pour cette rédaction.<br /> <br /> <br />
Répondre