Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 22:17

Article · · dans Enquête.

http://ipressdestress.com/2013/01/21/jai-teste-pour-vous-adopte-un-mec/

 

L'avènement de l'homme-objet

Longtemps, j’ai pesté contre les sites de rencontre. En bon réactionnaire que je suis, j’ai toujours pensé que les plus belles occasions de rencontrer sa moitié se trouvaient au détour d’une soirée arrosée, en villégiature sur les quais de Seine ou au cours de Salsa du Club Med Gym. Partout en somme si ce n’est derrière son écran. Vous pensez comme moi? Eh bien, mes pauvres amis, vous avez totalement raté le tournant de l’amour 2.0; ne vous étonnez plus d’être seuls et cramoisis, vous n’avez pas la bonne méthode. Heureusement, j’ai percé pour vous les mystères de la séduction à l’aune du troisième millénaire. Suivez le guide.

Un pauvre homme, au demeurant très sympathique, est trimbalé dans un caddie, visiblement contre son gré. Personne pourtant n’a l’air de s’en inquiéter; bienvenue en 2013, époque de la femme carnassière et de l’homme objet. En quelques clics, me voilà inscrit sur adopte un mec, un site dont le logo n’a rien pour me rassurer. Très vite, j’ai l’indicible pressentiment que cela va mal se passer. Estomac noué et mâchoire serrée, me voilà pourtant en piste. Quand il faut y aller, il faut y aller.

Comme au supermarché

De tous les magnifiques spécimens qu’I-PreSs compte à disposition, il a fallu que ce soit moi qui m’y colle, afin de percer pour vous -et à la hauteur de mes modestes moyens- les mystères de la séduction moderne. Les premières minutes sur le site me transportent dans un univers carré et coloré; plongée dans une atmosphère légère mais robotisée, où se succèdent, comme au supermarché, les visages étonnamment avenants de mes futures tortionnaires, de jolies demoiselles aux photos alléchantes et aux pseudonymes bien léchés. «Bella», «Smile» et «Lili K», autant de noms synonymes d’horizons aussi mystérieux qu’attrayants. Très vite, je me sens l’âme d’un conquérant; Je sens poindre l’envie profonde d’en découdre; de montrer à ces dames qu’elles ne trouveront pas en moi le produit surgelé qui les fait tant fantasmer. (Lire les inserts de bas en haut sous peine de ne rien comprendre)

A lire de bas en haut, bande de moules

J'ai été remis en rayon

J’ai été remis en rayon

Avant toute chose, il faut commencer par se présenter. Peu inspiré, je décide d’aller épier la concurrence, aussi étrange que diversifiée. Celle-ci est féroce; mes pauvres compagnons ont visiblement mis leur virilité au placard, chacun rivalise de niaiseries ou d’inepties pour se faire bien voir. Pas si facile de se faire une place parmi tous ces regards vitreux, ces abdos huilés et ces cols en V. Effrayé, je me pose tout un tas de questions. Que puis-je bien dire d’intéressant dans ma description? Dois-je mettre une photo de moi à poil pour attirer le chaland? Après moult atermoiements, j’ai opté pour un profil assez simple, qui me semblait correspondre à la réalité et à mon état d’esprit du moment: «Jeune homme écervelé prêt à vous divertir et vous séduire à moindre frais». Enfin, simple est un bien grand mot. Il y a quand même beaucoup à renseigner: films ou livres préférés, taille de la literie, équipement audiovisuel, pilosité ou encore degré d’addiction au tabac. Les plus motivés écrivent des pages de description et n’hésitent pas à étayer leur «shopping-list», afin de préciser ce qu’ils attendent de leur future moitié. Celle-ci veut «un beau brun de type méditerranéen», celle-là «un musicien pour lui chanter des chansons», l’autre «un homme simple et sans prétentions».

Un profil qui envoie du pâté

Un profil qui envoie du pâté

Autant l’avouer, le succès n’a pas été au rendez-vous tout de suite. Trois jours, c’est le temps qu’il m’a fallu pour cerner le microcosme dans lequel j’avais si lamentablement échoué. Sans talent particulier, il faut un certain temps pour prendre le site en main et mettre au point une tactique qui fonctionne. En effet, ici, pas le droit à l’erreur; les femmes ont tous les pouvoirs et n’hésiteront pas à vous abandonner au premier bide venu, d’autant plus que deux cents péquenots -prêts à toutes les bassesses- leur tournent déjà autour en leur faisant miroiter dons en cuisine ou capacité à faire des massages. Personne n’est irremplaçable, il faut donc frapper fort et bien, en somme, laisser très peu de place à la chance et au hasard.

Contacter votre chère et tendre

Facteur important, ici, tout se joue sur la première phrase, communément appelée l’accroche. Avant cela, il faut d’abord charmer madame, comprenez lui signifier vôtre intérêt. Impossible de la contacter directement, c’est ce qui fait l’originalité du site, il faut attendre sa permission. Pour ce faire, on appuie sur un bouton, qui, à chaque pression, laisse échapper un petit son angélique. Selon la notoriété de l’heureuse élue, la réponse peut se faire attendre longtemps, pour le plus souvent ne jamais venir. Soudain, alors que l’on ne l’attendait plus, le miracle se produit: «Tiphaine vous donne la possibilité de la contacter».

Reconnaissant du privilège et de l’honneur qui vous est fait, il s’agit donc de ne pas cafouiller. Les femmes de qualité ne répondent jamais à un quelconque «coucou, ça va?» (et ses variantes, «tu veux voir ma bite?») et il faut se creuser la tête pour trouver la phrase qui saura l’émoustiller, ou du moins attirer son intérêt. Rien de bien difficile pour ceux qui sont inventifs, une petite allusion rigolote ou délicate fait généralement l’affaire, même si tout dépend de l’ampleur des données qu’a bien voulu partager l’objet de vos pensées.

Quel vil flatteur

Quel vil flatteur

Ma plus belle réussite

Ma plus belle réussite

Une entame ratée

Une entame ratée

Feeling good

En cas de succès, tout se passe ensuite au «feeling», un étrange sentiment largement répandu sur la toile, que tous recherchent comme la panacée. Le plus souvent, les conversations sont rapidement tuées dans l’œuf, ou vivotent avant de lentement se refermer. Parfois, cependant, il arrive d’être agréablement surpris de l’effet de vos blagues pipées, et des réactions positives qu’elles entraînent. S’enchaînent alors des heures de chats, au rythme suranné des «Elsa vous a envoyé un mot doux», sortes de billets galants, qui vous permettront de faire votre propre remake des Liaisons dangereuses. Pour ceux qui sont dépourvus d’humour ou d’esprit, il est aussi possible d’être plus direct et de proposer galamment un «plan cul», la finalité restant la même.

On ne peut pas gagner à tous les coups

On ne peut pas gagner à tous les coups

Lisa n'en peut plus et médite sur la stupidité humaine

Lisa n’en peut plus et médite sur la stupidité humaine

De manière générale, on dispose de plusieurs minutes pour répondre à l’objet de ses pensées; roublardise, inventivité et créativité sont donc de rigueur. Entre deux missives envoyées, on se surprend dans certains cas à attendre la réponse avec impatience, les meilleures discussions étant de loin celles qui vous donnent du fil à retordre et vous invitent à réfléchir. La séduction 2.0 atteint alors son apogée; le manque de spontanéité et d’oralité des échanges est compensé par la complexité et la richesse de l’écrit, quand, bien sûr, votre partenaire maîtrise autre chose que le langage SMS. Fait notable, les plus timides ou les moins éloquents peuvent aussi y trouver le moyen de s’exprimer, et de révéler sans stress ce qui fait toute leur richesse et leur originalité.

Une femme qui a du répondant

Une femme qui a du répondant

Et une jeune femme qui en est dépourvue

Et une jeune femme qui en est dépourvue

 Du rêve à la réalité

Quand enfin vous avez fait vos preuves, et que cette fameuse «magie du feeling» opère bel et bien, arrive l’heure du rendez-vous. Après l’écrit, c’est l’oral; une étape plus stressante qu’on ne veut bien l’admettre. Vous voici en effet nez à nez avec une charmante demoiselle que vous pensiez connaître et que pourtant vous n’avez jamais vu. Les premières minutes sont généralement inconfortables. Après quelques rires gênés de circonstances, vous remarquez alors l’écart béant de ses dents de devant, la douce bêtise qui brille dans ses yeux de jade, ou encore son haleine de cheval que les photos, souvent trompeuses, avaient si bien su dissimuler à votre œil inquisiteur. Avec d’autres, au contraire, on se surprend à loucher sur le magnifique décolleté qui s’est si délicatement posé en face de soi, et dont le charme a survécu au passage du virtuel à la réalité. De manière générale, l’issue des rencarts est heureuse, étant donné que vous partez avec la certitude qu’a priori vous plaisez, aussi bien physiquement que mentalement. Sauf faux pas, il ne reste alors qu’à se pencher pour embrasser les ravissantes lèvres, qui, sans raison aucune, ont un faible déclaré pour votre humour flingué et votre regard de séducteur du dimanche. Fini l’homme-objet, c’est vous le patron maintenant, votre revanche est éclatante et méritée.

Après deux mois passés à errer le vague à l’âme sur le site, force est de constater que je ressors moins réactionnaire que je ne suis arrivé. Le bilan, en soi, est positif, avec de belles heures de rigolade seul ou avec quelques complices, et parfois même de belles rencontres. J’ai pris un certain plaisir à vouvoyer toutes les femmes qui passaient, à leur faire découvrir par petites touches les méandres de mon cerveau torturé, et la drague en ligne s’est finalement révélée un passe-temps comme un autre.

Un compliment qui vient du coeur

Un compliment qui vient du coeur

Craquage total tout en lucidité

Craquage total

 Pizza surgelée

C’est en revanche avec un certain soulagement que je me me suis désinscrit dans la foulée. Ce n’est pas tant que je sois heureux de ne plus payer trente euros par mois pour quelques flirts bon marché, c’est seulement que la réalité m’a beaucoup manqué. En dépit de ce que les annonceurs vous promettent, l’amour véritable ne vous attend pas ici. Le site finira bien par trouver quelqu’un qui vous correspond sur les quatre millions d’inscrits, les choix et les possibilités de la drague en ligne sont infinies; il y en a réellement pour tous les goûts. Mais, romantiques, vous qui pensez que le charme de la rencontre amoureuse réside aussi dans sa faible probabilité, passez votre chemin sans regret. Vous ne trouverez en effet ici qu’un amour guidé par une grande rationalité, comme on compare les prix en temps de crise au supermarché. Tout ici est mécanique, avec un arbitrage constant puisqu’on est classé en terme de popularité, jugés le plus souvent au physique sur des photos arrangées. En résulte une grande efficacité et un singulier manque de saveur.

Miam

Miam

 En somme, la drague sur internet, c’est comme une pizza surgelée. Ce n’est ni très bon ni particulièrement mauvais; cela se consomme sans grande difficulté, parfois même avec gourmandise, surtout si cela fait longtemps que vous ne vous êtes pas sustenté. Beaucoup y trouve ainsi le moyen d’égayer certaines soirées solitaires. Les inconditionnels, amoureux et autres passionnés de la pizza de qualité resteront sur leur faim. Pour le reste, amateurs de prêt à consommer ou pauvres mâles désespérés, jetez-vous dedans avec félicité, vous allez vous régaler.


Christophe Gleizes

 

 

Article · · dans Enquête.

http://ipressdestress.com/2013/01/21/jai-teste-pour-vous-adopte-un-mec/

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Arlequin
  • Arlequin
  • : "Sous ce masque, il y a plus que de la chair. Sous ce masque, il y a une idée Creedy... Et les idées sont à l’épreuve des balles" V... pour Vendetta
  • Contact

Recherche

Archives